Blog Shelach Lekha Sivan 28 5780 בלוג שְׁלַח-לְךָ,כ”ח סיון תש”פ

Il y a quelques « Idées d’or » à glaner dans cette portion, Shelach. Moshe a envoyé un chef de chacune des douze tribus, des dirigeants qui étaient respectés par le peuple pour aller avoir un aperçu de la terre promise, dans laquelle ils étaient sur le point d’entrer. Il leur a donné des instructions précises sur quoi faire et où aller. Quand ils sont revenus après 40 jours, au lieu de faire un compte rendu en privé à Moshe dans sa tente, ils ont exprimé leurs sentiments devant tout le monde. Non seulement ils étaient extrêmement craintifs, mais ils étaient aussi très négatifs et ont convaincu le peuple qu’il serait impossible de prendre possession la terre promise. Immédiatement, Caleb a crié qu’ils pouvaient le faire avec l’aide de notre Dieu tout-puissant. Le peuple a cependant pleuré de peur, se plaignant de vouloir retourner en Égypte au lieu de se souvenir de tout ce que le Créateur avait fait pour eux au cours des deux dernières années.

Seuls deux hommes étaient fermes aux côtés de Moshe – Caleb et Yehoshua (Joshua). Le reste de cette génération passerait les 38 prochaines années dans le désert, un total de 40 ans. Caleb était le fils de Yefunneh, un Kenezite, un gentil ; pas un descendant d’Abraham Avinu. Quelle belle image du vrai Israël. Cela nous montre qu’il ne s’agit pas d’être un « sang bleu »; c’est plutôt une vocation. Le Créateur nous appelle ; nous ne l’appelons pas, mais parce que nous avons le libre arbitre, nous avons le droit d’accepter ou de refuser son appel dans nos vies. Ce Caleb non israélite, bien qu’il fût un étranger, devint le prince de la tribu des tribus, Juda. Un Gentil, Caleb et un Israélite, Josué de la tribu d’Éphraïm, seraient finalement les deux seuls à entrer dans la Terre Promise, de la génération qui a quitté l’Égypte.

Pourquoi ces dix princes prestigieux feraient-ils un rapport si négatif au peuple ? À mon humble avis, plus nous accumulons dans ce monde, qu’il s’agisse de prestige, de richesse ou d’autres choses, plus nous avons peur de perdre ce que nous avons. C’est pourquoi des hommes plus jeunes sont envoyés à la guerre ; ils avaient peu à perdre et craignaient rarement la mort. Plus nous vieillissons, plus nous craignons la perte et la perspective de la mort. Moshe aurait peut-être mieux fait de choisir des hommes plus jeunes, mais il pensait peut-être que les autres ne les auraient pas écoutés. Il n’a évidemment pas tenu compte des conséquences de leur retour avec un rapport négatif.

Vivre avec la peur a des effets paralysants sur nous. Nous pouvons voir comment la peur a envahi la majorité de la population au cours de cette pandémie. Ils sont immobilisés et permettent à leurs dirigeants de faire ce qu’ils veulent tant que leur vie est sauvée. Ils sont presque comme des esclaves obéissant à leurs maîtres, ayant perdu tout sens commun. Caleb et Joshua ont dit : “allons-y parce que Dieu est avec nous !” Dans la portion Haftarah, Joshua avait appris cette leçon et envoyé seulement deux jeunes guerriers à Jéricho. Rahab a dit que le peuple avait tellement peur des Israélites parce qu’ils savaient que le Bore Olam était avec eux. Si nous ne vivons que dans la peur, nous nous sentirons impuissants mais si nous avons confiance, nous pouvons avancer dans notre vie. Vivez-vous dans la peur ou attendez-vous avec impatience les possibilités des jours à venir ? Êtes-vous à la retraite et attendez-vous de mourir ou cherchez-vous toujours, un nouveau projet et quelque chose de nouveau à apprendre ? Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Avec l’âge vient la sagesse avec laquelle nous pouvons aider les autres en étant un guide pour la jeune génération. Si les jeunes sont intelligents, ils apprendront des expériences de vie des personnes âgées.

Un autre principe très important pour nous aujourd’hui se trouve dans Bamidbar 15 : 13-16. Certains disent que la Torah est pour les Juifs seuls alors que les Gentils n’ont qu’à observer les sept lois Noahide, pourtant Bamidbar 15 :16 est très clair ;
תּוֹרָה אַחַת וּמִשְׁפָּט אֶחָד יִהְיֶה לָכֶם, וְלַגֵּר, הַגָּר אִתְּכֶם
“Une Torah et une ordonnance (mishpat) seront pour vous et pour l’étranger” ger “vivant parmi vous.” Nous sommes les mêmes, étrangers et originaires de la terre. C’est ce que Caleb et Joshua nous enseignent. Le peuple d’Israël est formé à la fois de Juifs et de Gentils mais tout le monde n’est cependant pas appelé à faire partie d’Israël. Beaucoup de gentils pensent que cette vocation signifie qu’ils doivent être plus juifs que les juifs. Personne n’a besoin de prouver qu’il fait partie d’Israël à qui que ce soit. Le Créateur sait qui lui appartient parce qu’il vous a appelé.

Les derniers versets du chapitre 15 parlent du tzitzit, les franges en fil blanc et bleu. Tant de règles et de règlements ont été formulés sur la longueur et la couleur des tsitsit qui ne se trouvent pas dans la Torah. En dernière analyse, la multitude de règles religieuses ajoutées à la Torah amène les gens à se détourner de vouloir une relation avec le Créateur. La vraie compassion et l’amour pour notre prochain sont bien plus importants pour le Créateur qu’une attitude de saint. Un cœur droit est daltonien et a de l’amour et de la compassion pour les autres. L’action a plus de poids que les mots. Les tzitzit sont destinés à être portés à l’intérieur comme un rappel personnel de qui est le Créateur ; pas dehors pour montrer aux autres à quel point nous sommes religieux. Le Créateur connaît notre cœur, nos intentions et sa présence se reflète dans notre comportement. Être humain ne signifie pas être parfait ; tous nos héros dans la Bible étaient imparfaits. Le vrai Israël casher ne concerne pas ce que nous mangeons ou habillons ; il s’agit de la façon dont nous vivons, de la façon dont nous traitons notre prochain ; nous devons « aimer votre prochain comme vous vous aimez ». Cela apporte la vraie gloire au Créateur. Voilà comment vivre les dix commandements.