Blog Mishpatim Shevat 27 5780 בלוג מִּשְׁפָּטִים, כ”ז שבט תש”פ

Je ne cesserais jamais assez de répéter que la torah est un livre de principes par lesquelles nous devons vivre ; Ce n’est pas un livre de règles et de règlements qui tendent à nous asservir, plutôt à nous donner la liberté que le Bore Olam veut pour nous. Cela est clairement démontré dans Parashat Mishpatim qui signifie jugements. Selon moi, ce sont les dix commandements qui nous aident à faire les bons choix et à prendre les bonnes décisions dans notre vie. Dans cette partie, nous pouvons lire 53 de ces applications, qui nous enseignent nos obligations envers nos voisins. En lisant les jugements, je vous mets au défi de voir, si vous pouvez trouver le ou lesquels des dix commandements, ils se réfèrent. Par exemple, Mishpatim commence par l’esclavage décrivant quoi faire si vous avez un esclave ou un serviteur hébreu. Le Premier Commandement est « Je suis YHVH votre Dieu qui vous a fait sortir d’Égypte, de l’esclavage ». Nos Sages nous disent que si vous avez un esclave, il devient votre maître, puisque vous devez mieux prendre soin de lui, que de vous-même. Dans l’histoire de l’esclave qui choisit de rester « pour toujours » * avec son maître, le Créateur nous enseigne que c’est la mentalité d’esclave quand nous choisissons d’être subordonnés à un humain au lieu de lui faire confiance. * (« Pour toujours » signifie ici jusqu’à l’année du Jubilé.)

Exode 23 : 1 nous dit : « lo tisha shema shav : לֹא תִשָּׂא, שֵׁמַע שָׁוְא Tu ne feras pas de faux rapport ». Comparez-le avec le troisième commandement de l’Ex. 20 : 7 ”לֹא תִשָּׂא אֶת-שֵׁם-יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לַשָּׁוְא lo tisha et Shem YHVH Eloheicha lashav, Ne prenez pas le nom de YHVH en vain.” Il amplifie le Troisième Commandement qui se réfère au Créateur tandis que l’autre s’applique à la façon dont nous nous traitons. L’hébreu est une langue merveilleuse, et malheureusement, beaucoup de choses se perdent dans la traduction.

La Torah utilise un système appelé mnémonique qui nous aide à mémoriser ses principes et à les transmettre à la génération suivante. Par exemple, dans Ex.20 : 15-17, il est écrit «15. Et si un homme séduit une vierge qui n’est pas fiancée et qu’il couche avec elle, il lui paiera sûrement une dot pour qu’elle soit sa femme. 16. Si son père refuse totalement de la lui donner, il paiera de l’argent selon la dot des vierges. 17. Tu ne laisseras pas vivre une sorcière. » Qu’est-ce que ce dernier verset a à voir avec les deux premiers ? Il est important de garder à l’esprit le contexte de l’époque. Dans la mythologie, la sorcière devait être vierge pour conserver ses pouvoirs psychiques. La méthode des mnémoniques aiderait les Israélites à se souvenir de protéger les droits de la vierge.

Ex. 23 :19 dit : « Tu apporteras le meilleur des prémices de ton pays dans la maison de YHVH ton Dieu. Tu ne feras pas bouillir un enfant dans le lait de sa mère. » Encore une fois, qu’est-ce que faire bouillir un enfant dans le lait de sa mère a à voir avec les premiers fruits de la terre ? Nos sages ont appliqué cela aux lois de la cacheroute, mais je ne suis pas d’accord avec eux. Cela avait à voir avec la superstition et l’idolâtrie dont le Créateur sèvrerait le peuple et le remplacerait lentement par Ses principes. Pour mettre cela en perspective, les Cananéens adoraient de nombreux dieux, dont Ashtoreth, la déesse de la fertilité. Les archéologues ont trouvé en Israël de petites statues représentant une femme aux seins multiples. Le rituel cananéen consistait à faire bouillir un chevreau (bébé chèvre) dans le lait de sa mère pour qu’elle se reproduise. On croyait que si une femme stérile mangeait alors cet enfant, elle pourrait concevoir. Cet apport des premiers fruits d’un enfant ou d’un animal pourrait ainsi être lié à l’apport du meilleur des premiers fruits de la terre. Le Bore Olam montrait aux Israélites qu’il était celui qui donnait la vie, pas la déesse de la fertilité.

Ensuite dans Exode 23 :20, nous lisons « הִנֵּה אָנֹכִי שֹׁלֵחַ מַלְאָךְ hine anochi shole’ach malach Voici que j’envoie un ange » … qui a été interprété pour s’intégrer dans la théologie mais examinons ce qu’il dit vraiment. Le mot pour ange est « malach “qui signifie également messager, émissaire. Si nous continuons à lire à la fin du chapitre 23, nous comprenons que le Créateur envoyait son émissaire Moïse pour délivrer le peuple d’Égypte. La plupart des gens, cependant, préfèrent les histoires à dormir debout et aiment vivre dans les nuages. La Torah nous amène sur terre, voulant que nous traitions les choses ici et maintenant. C’est pourquoi ces applications de la Torah sont si importantes pour nous aider à vivre dans le présent. Elle n’enseigne pas une théologie de l’enlèvement … “Oh, le Messie arrive, je vais juste m’asseoir et l’attendre.”

Je vous mets également au défi d’examiner quels jugements se rapportent aux décisions que vous devez prendre quotidiennement dans votre vie. Il est évident que nous ne pouvons pas appliquer tous les jugements de cette époque, mais si, par exemple, nous substituons le bœuf à un chien ou un âne à une voiture, ils ont tout à fait un sens. Vous ne trouverez peut-être pas le bœuf d’un voisin dans un fossé, mais si vous voyez quelqu’un coincé sur une route qui a besoin d’aide, arrêtez-vous et aidez-le. Si vous ne pouvez rien faire pour eux, attendez que la dépanneuse arrive. Cela s’applique même à quelqu’un que nous n’aimons pas. Si nous possédons une piscine, nous sommes responsables de construire une clôture pour empêcher un enfant errant de se noyer.

Les malheurs, les jugements réitèrent notre responsabilité envers notre voisin et notre communauté. Ils nous apprennent à protéger et à traiter les animaux avec humanité, à protéger la veuve, l’orphelin et l’étranger, le plus vulnérable d’entre nous. La Torah ne nous demande pas de leur donner tout notre argent mais de les aider à devenir autonomes. C’est ainsi que la communauté juive a toujours fonctionné en basant son comportement sur la Torah. Cette communauté n’est pas un club social. Nous prions, intercédons les uns pour les autres et nous aidons là où nous le pouvons. Nous sommes responsables de son bien-être. Ce n’est pas une mentalité égoïste, mais celle de prendre soin les uns des autres. Le cadeau le plus précieux que nous offre le Bore Olam est notre libre arbitre. Lorsque nous en abusons, nous n’avons personne à blâmer que nous-mêmes. Lorsque nous l’utilisons à bon escient, il nous définit et implique toujours la responsabilité.