Blog Vayetze Kislev 9 5780 בלוג וַיֵּצֵא, ט’ כסלו תש”פ

Quand je dis que je n’aime pas la religion, je veux dire que les gens confondent la religion avec une relation avec le Créateur. La religion donne toutes les réponses aux gens, mais moi, en tant que rabbin, je vous mets au défi de penser par vous-même. Les chefs religieux peuvent être très sages ou saints, mais ils n’expriment que leur opinion sur ce que le Créateur nous dit. Nous sommes, tout un chacun spécial, ayant été créés à sa ressemblance et à son image avec un but unique et le Créateur parle à chacun de nous d’une façon, que nous pouvons comprendre, si nous prenons le temps de d’écouter ou de regarder à travers des rencontres fortuites, des circonstances ou même lorsque quelqu’un dit quelque chose, qui résonne avec nous.

Jacob s’est enfui avec frayeur de sa maison et de son frère Ésaü. Il a laissé derrière lui, tout ce qu’il avait appris. Son père Isaac lui avait conseillé de s’échapper vers la famille de sa mère, la famille de Rivkah, loin des femmes cananéennes. Isaac gardait l’espoir que sa ligne et son appel continueraient à travers Jacob. Je peux me rapporter à Jacob ; cela fait peur de quitter la maison sans savoir où vous allez ni s’il y a quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance. Nous recherchons des signes que Dieu est avec nous dans ce voyage. Jacob s’est arrêté à un endroit… « makom – מָּקוֹם »… un mot qui est répété trois fois pour mettre l’accent. La traduction dit qu’il a utilisé une pierre comme oreiller. Il a utilisé la pierre comme pilier, « matseva – מַצֵּבָה », une pierre dressée pour marquer un endroit spécial, comme sur les tombes de chaque cimetière juif. Il était utilisé dans le désert pour protéger la personne des créatures telles que les scorpions ou les serpents. Il s’est endormi et a fait un rêve, « chalom – חֲלֹם », une indication de la façon dont le Créateur lui a parlé. Il a vu des messagers, des anges, monter et descendre sur une échelle. Ces messagers montaient à Hashamayim, au ciel où le Créateur leur donnerait un message à faire descendre à Jacob. Il disait à Jacob qu’il n’était pas seul, qu’il avait un rôle spécial à jouer, et répétait la même promesse faite à son père Isaac et à son grand-père Abraham.

La prière de Jacob en réponse a commencé par un « si » conditionnel pour le Créateur. Le judaïsme biblique interprète cela différemment du judaïsme rabbinique. Jacob demandait un signe pour être sûr que Dieu serait avec lui. Le Créateur ne s’attend jamais à ce que nous soyons parfaits comme le fait l’homme. Les paroles de Rabbi Yeshua « sois parfait comme mon père céleste est parfait » ont été mal citée. Il citait des mots de Lévitique 19: 2 « sois saint comme je suis saint » qui fait référence à la séparation. Si le Créateur nous demandait d’être parfaits avant de pouvoir être en relation avec Lui, aucun de nos ancêtres ne l’aurait atteint. C’est l’image que Jacob nous peint. Il suivait les gens ; d’abord, il a suivi sa mère qui lui a demandé de tromper son père et plus tard, nous voyons que Jacob a suivi son oncle et plus tard son beau-père Lavan, qui l’a trompé. Il y a une expression hébraïque, « midat keneged midat – מידה כנגד מידה» – mesure pour mesure – nous obtenons ce que nous donnons. Jacob a finalement compris que tout ce qu’il avait, venait du Créateur sans qui, il ne pourrait rien réussir, mais d’abord, il devrait faire face à son humanité. Ses problèmes n’ont pas été résolus instantanément. Il avait dû passer par de nombreux essais avant de pouvoir changer.

Rivkah venait d’une famille où la fourberie était normale, et cela a été transmis à Leah et Rachel qui, avec Lavan, ont joué un rôle pour tromper Jacob le soir de son mariage. Jacob avait trompé son père et son frère, volant les droits du premier-né et maintenant il allait goûter son propre médicament et épouser le premier-né, Leah. Souvenons-nous que les histoires de nos ancêtres nous montrent que notre pedigree est loin d’être parfait, mais le Bore Olam est toujours avec nous lorsque nous échouons, et il nous permet toujours de revenir à lui pour faire les choses. Malgré tout ce qu’il a traversé, Jacob a été renvoyé dans son pays. Jusque-là, il avait été fidèle aux gens ; maintenant, il serait fidèle au Créateur. Il devait prendre son courage à deux mains, et quitter Lavan, utilisant une fois de plus avec fourberie, permettant à Lavan de recevoir, aussi la juste mesure, pour ce qu’il lui avait fait. Rachel nous montre également à quel point nous sommes imparfaits. Elle était la bien-aimée de Jacob, mais quand ils sont partis pour retourner en Israël, elle a volé les idoles de la famille. Malheureusement, Jacob s’est exprimé sans savoir ce qu’elle avait fait et a condamné à mort, celle qui avait menti, dans ce cas, sa bien-aimée Rachel. Nos paroles ont des conséquences.

Nous avons tendance à idéaliser les héros de la Bible, mais la Torah, les montres tels qu’ils étaient, afin que nous puissions, faire un lien de leur expérience, avec nos propres vies et apprendre d’eux que notre Créateur nous accepte pour qui nous sommes. Nous n’avons pas besoin de rechercher la perfection ; ce que nous devons faire, c’est nous présenter devant lui avec humilité et honnêteté. C’est ainsi que nous faisons la Techouva, revenons à lui et il est fidèle pour nous purifier et nous aider à recommencer, à continuer.

Comme Jacob est retourné dans son pays, nous revenons également vers le créateur. Si nous nous trompons, nous devons nous arrêter et réparer les choses, ici et maintenant. C’est une lutte constante pour trouver l’équilibre dans nos vies, mais lorsque nous sommes honnêtes avec nous-mêmes et avec le Bore Olam, il y a de l’espoir pour la croissance et le changement. Nous commençons par décider de ne pas nous mentir sur qui nous sommes. C’est ce que Jacob devait faire. Ensuite, nous pouvons voir que le Dieu en qui nous avons confiance est à nouveau le Dieu du commencement.