Blog Ekev Av 18 5780 בלוג עֵקֶב, י”ח אב, תש”פ

Cette partie Ekev avec Vaetchanan, met l’accent sur les trois premiers des Dix Principes donnés par notre Créateur, à Moshe Rabenu à Har Sinaï. Ces dix principes sont divisés en trois parties, les trois premières étant des mitzvot (commandements) à partir desquelles nous apprenons que le Créateur existe en tant que Dieu de l’histoire, qu’il exige une alliance avec lui seul – avec aucun autre dieu et que sa présence, que son nom est unique et ne doit pas être utilisé à mauvais escient ; le quatrième et le cinquième sont des Chukkim (statuts) et les cinq derniers sont des Mishpatim (jugements ou ordonnances). Les deux dernières divisions des dix principes seront couvertes dans les prochains Parashot.

Le Créateur nous enseigne en nous rappelant les erreurs que nous avons commises dans le passé uniquement pour que nous puissions en tirer des leçons et ne pas les répéter. Il nous appelle un « peuple à la nuque raide » קְשֵׁה-’s k’sheh-oref parce que nous avons tellement de mal à lui faire confiance bien que le Créateur ait juré à nos ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob, qu’Il prendrait toujours soin de nous. À ce jour, Il n’a jamais hésité ; c’est l’homme qui est déloyal, pas Lui. Le Créateur nous a fait dons de libre arbitre et de foi, mais nous devons les mettre en action. Il ne le fera pas pour nous. Il ne veut pas que nous dépendions de lui. Le Créateur ne peut pas être manipulé, ni être acheté. C’est une idée païenne de faire quelque chose pour Lui simplement pour marquer des points ou pour l’apaiser ; cela ne vient pas de la Torah. La seule façon d’arriver au Créateur est par la Techouva.

Moshe rappelait à cette génération que leurs parents étaient tous morts dans le désert à cause de leur peur et les exhortait à ne pas avoir peur. De quoi avons-nous peur aujourd’hui lorsque nous voyons des gens pris dans l’hystérie de cette pandémie ? Si nous le regardons à travers les yeux de la Torah, le Créateur nous dit que oui, il est important d’être sage, de prendre des précautions, mais de ne pas être paralysé par la peur. Avez-vous déjà trahi le Créateur par peur parce que vous ne voulez pas être jugé par d’autres ? Ce n’est pas facile de faire partie de son peuple et de sa vocation, car nous devons parler même lorsque nous ne le voulons pas. Malheureusement, le peuple d’Israël ne voulait pas être un peuple distinct mais préférait être accepté par les autres nations. Avez-vous déjà été accusé d’être religieux, borné ou Huber lulu parce que vous croyez en la morale enseignée dans la Torah ? Il est de notre responsabilité de faire ce qu’il faut. Le Créateur ne nous punit pas lorsque nous échouons, nous subissons simplement les conséquences de nos comportements. Nous, qui sommes fidèles au Dieu d’Israël, devons dénoncer l’injustice même si elle n’est pas populaire. La majorité silencieuse permet à la minorité corrompue de gagner. Israël a été choisi pour être la lumière du monde ; la lumière est destinée à être vue ; nous ne pouvons pas nous cacher ou fuir notre appel.

Pourquoi le Créateur rappellerait-il à plusieurs reprises aux gens qu’il les a fait sortir du pays d’Égypte ? Il nous est si facile d’oublier d’où nous venons. Beaucoup d’entre nous sommes venus au Canada en tant qu’immigrants pour y trouver une vie meilleure pour nous-mêmes et pour nos enfants. Pour la plupart, au moment où nous devenons aisés, nous avons tendance à oublier d’où nous venions et pourquoi nous sommes partis. Plus nous devenons à l’aise, plus nous avons tendance à être égocentriques, mais le Créateur nous a avertis que lorsque nous devenons « gros », de ne pas l’oublier (Deut. 8 : 11-12), sachant que nous ne nous souvenons généralement de lui que lorsque nous avons besoin de lui. Le Créateur veut que nous le servions en prenant soin de ceux qui sont démunis, tels que – la veuve, l’orphelin et l’étranger parmi nous et que nous ne les utilisions pas à notre seul profit. Certaines personnes pensent qu’elles seront bénies pour le servir, mais c’est être utilitaire. Deutéronome 10 : 12-20 parle de la façon d’aimer Dieu et de le servir… nous devons circoncire le prépuce de notre cœur. Le cœur en hébreu représente la connaissance, la volonté, le vouloir. Le prépuce est une couverture et l’enlever signifie que nous serions exposés et montrerions aux autres qui nous sommes. Il connaît notre cœur, notre intention, nous ne pouvons pas le tromper ou le soudoyer. L’hypocrisie n’a pas sa place dans la vie d’un vrai disciple du Créateur. Faire de la charité ou de bonnes œuvres ne peut pas l’acheter. Le Créateur ne veut pas que nous soyons esclaves de qui que ce soit ou de quoi que ce soit, même pas de Lui.

Le véritable amour est inconditionnel. Moshe voulait apprendre aux gens à commencer à réfléchir à ce qu’ils peuvent faire pour les autres au lieu de ce que les autres pourraient faire pour eux. Les enfants dépendent de leurs parents jusqu’à l’âge adulte, moment où les rôles sont inversés. Il est important pour eux de se souvenir qui leur a donné la vie. Les Israélites dépendaient entièrement du Créateur pendant 40 ans dans le désert ; maintenant, ils devraient être indépendants. La Torah nous enseigne l’importance de ne pas développer une mentalité dépendante et d’être capable de discerner entre le bien et le mal, de choisir et de faire la bonne chose pour nous-mêmes et pour les autres. Que faites-vous de tout ce que vous apprenez des Écritures ? Appliquez-vous les principes dans votre vie ? Aimer le Créateur signifie que vous vous identifiez à lui, que vous le servez ; servir est un mot d’action ; il ne s’agit pas d’être saint que le pape ou plus saint en apparence, mais de le faire !

Il est important de se souvenir et de ne pas oublier d’où vous venez afin de pouvoir grandir et changer notre mentalité. Petit à petit, votre passé doit être traité, même si vos proches vous accusent de les trahir. Lorsque nous découvrons le Créateur, nous pouvons utiliser les expériences passées pour grandir et vivre de notre mieux aujourd’hui.

Le Créateur n’est pas notre égal. Il existe un terme «la familiarité engendre le mépris » mais qui ne peut jamais s’appliquer à Lui ; nous devons être respectueux envers lui. Cette parashá nous apprend à ne pas avoir peur des autres et que nous devons nettoyer nos cœurs du passé afin que nous puissions voir clairement notre chemin. Nous devons avoir une relation honnête avec le Créateur et être purs devant Lui. Savez-vous d’où vous venez et où vous êtes maintenant ? De quoi as-tu peur?