Blog Vayigash Tevet 7 5780 בלוג וַיִּגַּשׁ, ז’ טבת תש”פ

Cette portion de la Parashat Vayigash nous montre comment les résultats d’une véritable communication, ainsi celle d’une tragédie aident à façonner notre personnalité. La tragédie peut s’avérer, être une bénédiction nous forçant à aller dans une direction que nous n’avions jamais imaginée, même si elle est difficile à voir à ce moment-là. Il y a de nombreuses années, mon frère aîné est décédé dans un accident de voiture à l’âge de 24 ans. Sa mort tragique, au fil du temps, a amené toute notre famille au Créateur. Les moments difficiles, que j’ai traversés dans ma vie m’ont amené là où je suis aujourd’hui. Si vous regardez en arrière ces moments décisifs, vous pouvez également voir comment ils ont fait de vous une meilleure personne. Bien sûr, chaque pièce a deux faces. Je me souviens avoir rencontré deux personnes qui ont survécu à l’Holocauste ; l’une qui a émergé avec un fort amour pour le Créateur et un optimisme face à son avenir, tandis que l’autre était un homme, qui était tellement en colère contre le Créateur pour avoir permis que cela se produise, qu’il est devenu une personne haineuse et amère jusqu’à sa mort. Comment deux personnes peuvent-elles être si différentes ? Chacun de nous reçoit le don de « emunah – אמונה – foi » à la naissance ; tout au long de notre vie, notre foi est mise à l’épreuve lorsque nous utilisons notre « bechirah chofshit – בחירה חופשית – libre arbitre » pour développer « bitachon – ביטחון – confiance ». Cela nous oblige à être « responsables » de notre « kavanah – כַּוָנָה – intention » dans tout ce que nous faisons. Il est facile de dire « je crois », mais si cette croyance ne se traduit pas en action, elle a peu de valeur. Les religions ont des formules simples qui nous permettent de croire que, quelque chose ou quelqu’un d’autre paiera pour nos péchés. Ce n’est pas le message de la Torah ! Nous devons constamment examiner nos intentions lorsque nous faisons quelque chose, car c’est ainsi que nous sommes jugés par notre Créateur. C’est notre lutte et pourquoi nous sommes appelés « Israël » – l’homme qui lutte avec Dieu. Nous devons constamment regarder à l’intérieur pour voir qui nous sommes et pourquoi nous faisons certaines choses et nous purifier en faisant de la vraie Techouva au lieu de le à travers des paroles creuses.

Lorsque nous avons lu pour la première fois sur Joseph, l’histoire de Juda est soudainement apparue. Dans cette partie, Joseph aura une rencontre spéciale avec Juda mais maintenant c’est « vingt-deux » ans plus tard. Il s’était passé tellement de choses dans leur vie. La tragédie peut faire de vous une meilleure personne ou une pire. Que s’était-il passé dans la vie des frères de Joseph après avoir gardé un si sombre secret vis à vis de leur père pendant toutes ces années ? Pouvez-vous imaginer leur culpabilité ? Si nous prenons soin de tout mettre ensemble lors de la lecture de ces histoires dans la Torah, nous pouvons apprendre de merveilleuses leçons. Joseph avait déjà entendu à quel point les frères se sentaient coupables de ce qu’ils lui avaient fait. Maintenant, il écoutait pour voir s’ils auraient traité Benjamin, le deuxième fils de la bien-aimée Rachel de Jacob, de la même manière. Avaient-ils vraiment changé ? Juda était prêt à donner sa vie en échange de celle de Benjamin. Souvenez-vous que c’est Juda qui a dit aux autres frères de vendre Joseph comme esclave plutôt que de le tuer. Ici, Juda défend Benjamin et s’offre comme esclave à Joseph. Ce thème de « midah keneged midah – mesure pour mesure » apparaît à maintes reprises dans la Torah. Quelle était la raison pour laquelle Joseph s’est finalement révélé à eux à ce stade ? Il a vu qu’il y avait de vrais Techouva dans leur vie, de vrais kavanah pour faire la bonne chose !

Nous sommes une petite communauté, nous demandant parfois : « faisons-nous quelque chose d’important ici ou n’est-ce pas ? » Voulons-nous être importants et reconnus par l’homme ou par le Bore Olam – בורא עולם – Créateur du Monde ? Nous nous débattons tous avec cette question. Chaque Chabbat avant la procession de la Torah, nous lisons à haute voix les Dix Commandements car c’est la constitution de base d’Israël. Le Créateur ne nous donne pas des milliers de règles et de règlements, il veut plutôt que nous soyons honnêtes et faisons la bonne chose au quotidien. Ma bataille est avec les institutions religieuses, qui se croient plus saintes que quiconque, et qui éloignent les gens d’une relation avec le Créateur. Joseph a-t-il changé de religion ou choisi un autre dieu parce que son Dieu l’a déçu en lui permettant de traverser de telles tragédies dans sa vie ? Non, Joseph est resté fidèle jusqu’à la fin. Lorsqu’il s’est finalement révélé à ses frères, il leur a dit de ne pas s’inquiéter car le Créateur lui avait permis de tout traverser pour les sauver. Il a démontré ses véritables intentions en donnant toujours gloire et honneur au Bore Olam. Il ne s’agit pas d’être religieux mais d’une véritable promenade « Halachah – הֲלָכָה » avec le Créateur qui implique sincérité, honnêteté et clarté de cœur. Il est important d’être transparent et de se permettre d’être qui on est, sans masque. Ne jugeons pas les autres par leurs externes, mais prenons le temps d’apprendre à connaître la personne avant de décider qui elle est.

Juda s’est approché de Joseph pour lui demander de « parler à son oreille ». Il lui demandait de « Prêter attention » à ce qu’il avait à dire. La plupart d’entre nous parlons« les uns aux autres » au lieu de « se ». Combien de fois empêchons-nous quelqu’un de parler avec son cœur sans le laisser finir parce que nous pensons déjà que nous savons ce qu’il va dire ? C’est généralement un mécanisme d’autodéfense parce que nous ne voulons pas faire face à la vérité, car nous avons déjà pris une décision. Lorsque nous attendons et écoutons, nous pouvons être surpris de ce que nous pouvons apprendre. Juda a finalement amené Joseph à prêter attention même si Joseph avait déjà pris une décision sur le comportement de ses frères. Pour la première fois, il a vu qu’ils protégeaient Benjamin parce qu’ils aimaient vraiment leur père et se repentaient de la façon dont ils avaient traité Joseph.

L’un de nous a-t-il jugé quelqu’un sans prendre le temps de le connaître ? Avons-nous quelque chose contre quelqu’un sans le lui dire en face ? Il n’y a pas de perfection en nous, et nous sommes comme nous sommes, afin que nous puissions continuellement retourner à Lui. Une tragédie peut nous construire ou nous briser. En qui avez-vous confiance, dans une religion créée par l’homme ou en Dieu ? Le Psaume 145 : 18 dit : « L’Éternel Dieu est proche de tous ceux qui l’invoquent ; tous ceux qui l’invoquent de sa vérité (be’emet – בֶאֱמֶת). » Cela implique une relation à double sens entre le Bore Olam et nous. Nous devons nous écouter attentivement, faire attention et ne pas avoir des préjugés les uns sur les autres. Soyons honnêtes et réels sans jouer de théâtre. Tel est le message que nous pouvons retenir de Joseph et de Juda.