Blog Vayeshev Kislev 23rd 5779

Dans cette saga, Vayeshev (et il s’est installé) montre l’exemple de la famille dysfonctionnelle typique. Ce serait bien si nous pouvions apprendre de l’histoire des autres pour éviter de commettre les mêmes erreurs. Il est important de nous réexaminer constamment car nous avons la mémoire très courte. Jacob était enfin de retour dans son pays d’origine qu’il avait quitté pour fuir les représailles de son frère d’Esav. Il était maintenant prêt à s’installer avec ses femmes, ses fils et ses filles, après avoir traversé une période tout aussi difficile avec son beau-père, Laban. On pourrait penser qu’il avait tiré des leçons des erreurs de ses parents, qui avaient tous deux favorisé un fils par rapport à l’autre.

La Torah est si joliment honnête. Gen. 37 commence par « Ce sont les générations de Jacob. Joseph, âgé de dix-sept ans… » Avec cette simple affirmation, nous pouvons voir que Jacob n’avait d’yeux que pour Joseph. Que pouvons-nous, en tirer pour l’appliquer à nos vies aujourd’hui ? Ne montrez pas de préférence pour un enfant par rapport à un autre. Nous, les parents, ne voyons pas toujours à quel point nous affectons nos enfants en bien ou en mal. Nous devons être assez sages pour reconnaître que chaque enfant est spécial et unique, même dans le cas de jumeaux identiques. Il est très facile de s’attacher à un enfant qui nous ressemble, mais il faut autant de sagesse et de patience pour, interagir avec l’enfant qui a une personnalité opposée à la nôtre. Ce dernier aura besoin de plus de temps et d’attention. En tant qu’adultes, nous aurons, peut-être besoin de surmonter, une grande partie des dommages causés par notre jeunesse, mais si nous n’adressons pas ces expériences traumatisantes du passé, nous pouvons en subir les conséquences, telles que des problèmes mentaux, émotionnels et même physiques.

L’histoire de Jacob et de ses fils dresse un portrait de la rivalité fraternelle provoquée par leur père. Il avait son fils préféré et l’a montré en lui confectionnant un manteau spécial. Peut-être répétait-il ce que sa mère Rivka avait fait en sachant que Jacob serait le chef élu de la famille et non Esav. Mais s’il croyait vraiment cela à propos de Joseph, il ne faisait certainement rien pour le cacher. Nous voyons la division dès le début entre les frères avec « Roi Joseph » en haut. C’était un gosse gâté et un conteur (rêveur) qui poussait ses frères à le haïr. Sachant cela, Jacob a quand même envoyé Joseph vérifier ses frères et lui faire rapport. Qu’est-ce qui s’est passé ensuite a préparé le terrain pour l’avenir d’Israël en tant que peuple ! Chaque fois que nous essayons de nous confronter à la violence, nous nous détruisons. Nous l’avons vu dans le cas du meurtre de Premier Ministre Rabin. Israël ne peut jamais être détruit de l’extérieur, nous ne pouvons l’être que de l’intérieur. Les frères de Joseph l’ont jeté dans une fosse et, plus tard, alors qu’il était esclave dans la maison de Potiphar, il a de nouveau été jeté dans une autre fosse, la prison. Ce processus l’a finalement humilié et l’a rendu intelligent. Il a perdu son arrogance et son orgueil. Chaque fois que nous sommes « dans les fosses », en bas, déprimés, la seule direction que nous pouvons, avoir est de regarder vers le haut. C’est quand nous sommes au sommet que nous baissons les yeux. Lorsque nous examinons les moments les plus pénibles de notre vie, nous verrons toujours que quelque chose arrive toujours, afin de nous permettre passer au travers. Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel. Le suicide est une solution permanente à un problème temporaire.

Quand Joseph avait raconté ses deux rêves à son père et à ses frères, il était arrogant et nous voyons qu’il n’a jamais crédité le Créateur. Maintenant en prison, Joseph interprétait les rêves de l’échanson (goûteur) et du boulanger du Pharaon, admettant que c’était le Boreh Olam qui le lui avait révélé. Ses expériences difficiles l’avaient humilié. Joseph a demandé à l’échanson de ne pas l’oublier une fois son poste rétabli. Il a cependant oublié, et il resterait encore deux ans, en prison jusqu’à ce qu’il soit sauvé. C’est l’histoire d’Israël. Beaucoup nous oublient.

Nous pouvons tirer plusieurs leçons de cette paracha. Premièrement, les familles sont des entités compliquées et il faut énormément de sagesse, de temps et de patience pour bâtir une famille en bonne santé. Deuxièmement, les enfants ont besoin de beaucoup de temps. Je me rends compte que je n’ai, moi-même pas donné assez de temps à mes propres enfants. Et troisièmement, nous devons faire confiance au Créateur. Il y avait un but dans tout ce que Joseph expérimentait afin de le rendre plus fort et plus sage. Il est passé d’un enfant connu pour devenir un homme humble qui est devenu le vice-roi de l’Égypte utilisé par Dieu pour sauver non seulement sa propre famille, mais de nombreuses nations de la famine.

Ici, dans cette communauté, nous avons plusieurs Joseph qui ne le réalisent peut-être pas. Vous êtes peut-être loin de votre famille, mais vous intercédez pour les aider à connaître le Créateur, le Boreh Olam, Celui qui change la vie. Ils peuvent vous voir comme quelqu’un d’étrange, mais votre simple présence les influence. Nous ne savons peut-être pas comment communiquer sur ce que nous avons, mais le meilleur moyen consiste à comprendre comment nous vivons nos vies, pas à travers nos paroles. À la maison, à l’école, au travail, où que nous soyons, nos actions sont plus éloquentes que les mots.

Nous entrons dans le temps de Hanoukka, une fête contre l’assimilation. Lorsque nous acceptons les valeurs de ce monde et rejetons les valeurs de la Torah, nous nous assimilons. Le monde a perdu le concept de bien et de mal. Lorsque nous avons peur de violer les droits de l’homme et que nous ne défendons pas les valeurs de la Torah, nous nous assimilons. Ce n’est pas correct de faire ce que l’on veut. C’est être libertin. La vraie liberté est synonyme de responsabilité.

Joseph l’a appris dans la fosse où il a demandé à être sauvé; plus tard, quand il a été vendu comme esclave, il est toujours resté fidèle au Créateur. Il n’a jamais oublié d’où il venait ni qui était son Dieu. Êtes-vous UN Joseph des temps modernes?