Blog Vayera Cheshvan 18, 5779  

Dans cette communauté juive, nous ouvrons nos bras à tous ceux de l’extérieur qui souhaitent se joindre à nous, sachant qu’Avraham Avinu, notre père Abraham, est lui-même issu du monde des Gentils ; il n’est pas né Israélite. Alors qu’il faisait toujours partie des nations, il entendit la voix du Créateur, relaté dans la Torah avec l’expression: “Est apparu” à Abram. Le mot « apparaît » ou « voit » se répète très souvent dans les Écritures. Lorsque nous disons « oh je vois », cela signifie que nous comprenons. Il y a des gens qui ont la vue, pourtant ils sont aveugles et il y en a qui sont aveugles, pourtant ils ont la vue. Nos enfants nous « voient »; ils regardent ce que nous faisons. Si nous voulons être un bon exemple, nous devons suivre un chemin rectiligne et étroit, ce qui n’est pas toujours facile.

Abraham n’était pas un homme parfait, mais il était un homme passionné avec le désir d’obéir et de suivre le Créateur,  qui lui était apparu. Il le “vit” d’une manière particulière, une forme non physique, qui lui permit d’apprécier et de comprendre, ce qu’il n’avait jamais pu voir auparavant. Nous sommes nombreux à jouer un rôle d’acteur professionnel. Nous portons des masques devant les autres au lieu de montrer qui nous sommes vraiment.

Avez-vous déjà eu une impression de déjà-vu où vous vous demandez, si vous y avez déjà été ? J’ai récemment demandé aux personnes de notre classe de Torah en ligne : “Comment savez-vous que vous entendez la voix du Créateur, qu’il vous parle ?” Certains ont parlé de la façon dont ils peuvent sentir sa présence, d’autres le sentir les pousser à faire certaines choses, ou tout à coup, ils ont eu une révélation à la suite de laquelle Sa Parole a eu un sens. Ils peuvent “le voir”.

Notre cécité vient de porter des « œillères ». Nous marchons avec des « œillères » dans notre vie quotidienne, plus à l’aise de croire, ce que les autres nous disent et de suivre la foule au lieu de nous distinguer comme un phare lumineux unique pour ceux qui nous entourent.

Nous célébrons aujourd’hui la Bar Mitzvah d’un jeune homme qui a grandi avec nous depuis qu’il était petit. J’espère qu’il me voit comme un bon exemple même lorsque je me conduis mal. Je prie pour qu’il comprenne que, s’il voit quelque chose qui ne va pas en moi, qu’il comprenne que le rabbin est aussi un être humain avec des défauts. De cette façon, il peut s’améliorer de la même manière que moi, en prenant de l’âge. Dans la grande communauté juive, de nombreux jeunes hommes quittent les synagogues, juste après leur Bar Mitzvah, considérant qu’il s’agit davantage d’une occasion de faire la fête et de recevoir des cadeaux. Malheureusement, ils raccrochent leur talit et reviennent rarement. Ils ne comprennent pas qu’ils ont fait un grand pas en avant pour devenir adultes et ont l’occasion de montrer l’exemple aux autres en étant vraiment un « fils du commandement ». Nous, les adultes, avons un grand défi. Nous pouvons être très « éclairants » en dehors de chez nous,  Nous pouvons être très “éclairant” en dehors de nos maisons, en nous comportant comme des êtres pieux envers tout le monde, mais devenons tout autre, dès que nous rentrons à la maison.

Ensuite, nous nous plaignons, lorsque nos enfants ne nous écoutent pas, ou nous nous demandons pourquoi ils ont quitté la congrégation de leurs parents. Quel exemple leur avons-nous donné à la maison ? Nos enfants sentent l’hypocrisie, ils sentent très tôt ce qui se passe à la maison. Il ne s’agit pas d’être parfait puisque personne n’est parfait, mais le secret réside dans la reconnaissance de notre humanité, comme l’a fait Abraham. Il n’a jamais essayé de paraître parfait. Juste après avoir été appelé « juste » par le Créateur, il a immédiatement échoué. Pourquoi le Créateur nous donnerait-il ceci à titre d’exemple ? Nous nous demandons pourquoi il ne s’est pas battu pour son fils Ismaël alors que comme Sarah le voulait, il a été jeté dans le désert avec sa mère Hagar? Nous nous demandons pourquoi il n’a pas intercédé pour Isaac, son fils bien-aimé, quand on lui a dit de le prendre et de le tuer. Il intercéda pourtant pour le peuple méchant de Sodome et Gomorrhe. Une chose similaire m’est arrivée. On m’a demandé de témoigner sur le caractère d’une personne et je l’ai fait volontiers. Cette personne n’était pas du tout proche de moi. Quand on m’a demandé de faire la même chose pour un membre de ma propre famille, j’ai eu du mal à le faire. Il est très facile de parler au nom d’une personne qui n’est pas proche de nous mais très difficile de défendre notre propre famille. Nous n’aimons pas avoir l’air égoïste. J’ai appris une grande leçon par Abraham. Beaucoup d’entre nous ont ce problème mais nous devons apprendre de cet homme pour pouvoir grandir et nous améliorer.

Le Créateur vous vous-a-t-il parlé ? Comment nous parle-t-il ? Il nous parle à travers les Écritures, la Torah, les situations auxquelles nous sommes confrontés, à travers les gens et à travers les circonstances dans lesquelles nous vivons. Quand j’étais à l’hôpital il y a plusieurs années, je n’avais nulle part où regarder, mais j’étais allongé dans le lit. Le Créateur m’a parlé haut et fort de la manière dont le Créateur a parlé à Abraham – dans son âme. Il était capable de voir dans le monde spirituel, de voir sa réalité et la réalité des gens dans sa vie. Nous avons tous besoin d’une telle expérience. Avez-vous eu une expérience très spéciale avec le Créateur qui a transformé votre vie ? Permettez à Bore Olam de vous parler et vous verrez comment votre vie va changer.

Traducion Muriel C Koucoi