Blog Acharei Mot- Kedoshim, Iyar 8 5780 בלוג אַחֲרֵי מוֹת-קְדֹשִׁים, ח’ אייר תש”פ

Acharei Mot (après la mort) parle de la mort tragique des deux fils d’Aaron. Ceci est suivi par les règlements sur les rituels de Yom Kippour, afin que personne d’autre ne subisse le même sort que ces deux jeunes hommes. Les deux portions traitent des principes et règlements dans les domaines de la morale et des rituels. Nous mettons davantage l’accent aujourd’hui sur les rituels et oublions l’aspect moral à appliquer à nos vies. Dans Kedoshim (saint), nous voyons que le Créateur dit : ” Tu seras saint ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis saint “; קְדֹשִׁים תִּהְיוּ:אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם כִּי קָדוֹשׁ

Malheureusement, nous avons théologisé de nombreux mots dans les Écritures telles que Korban – קָרְבָּן, kaporet – כַּפֹּרֶת, kadosh – קָדוֹשׁ, leur imposant un sens singulier et supprimant le flux et la compréhension du récit. Yom Kippurim יוֹם כִּפֻּרִים a été traduit par « Jour d’expiation », ce qui change l’idée que c’est le Créateur qui nous couvre et nous protège. Cette protection ne signifie pas que nous pouvons nous échapper sans impunités, mais qu’Il est responsable de toutes choses et qu’Il nous a fourni des moyens de nous rapprocher de Lui. Les mots, tahor et tamei, qui ont été traduits comme propres et impurs dans ces portions de Vayikra, devraient être mieux compris comme « présentables et non représentables », pour pouvoir approcher le Créateur. Il y a des protocoles à suivre tout comme il y en a quand on assiste à un mariage.

Après la destruction du Temple, nos sages devaient clarifier comment être dans une bonne relation avec le Créateur. La division des chapitres et des versets de la Bible a été entièrement créée par l’homme il y a environ 400 ans. Les portions ont été organisées par thèmes pour faciliter la mémorisation des Écritures. Ces principes et règlements ont été établis pour amener le peuple à changer d’orientation, passant des dieux païens d’Égypte au Créateur. Nous pouvons ne pas réaliser à quel point nous sommes affectés par notre environnement ; nous devenons ouverts d’esprit et de moins en moins choqués par le comportement immoral de ceux qui nous entourent. Aujourd’hui, ce qui était bon est maintenant faux, et ce qui était mauvais est maintenant considéré comme juste. Lorsque nous prenons la parole, nous sommes considérés comme des fanatiques. Les valeurs bibliques n’ont pas changées, mais nous avons perdu notre boussole morale, ce qui cause de la confusion aux jeunes générations.

Dans Genèse 15 : 12-16, Abram fait une prophétie concernant Israël. Le Créateur nous dit que les Israélites seraient réduits en esclavage en Égypte pendant 400 ans “jusqu’à ce que l’iniquité des Amoriens ait atteint son ampleur“. Ils seraient enlevés et Israël les remplacerait dans le pays. Dans Lévitique 18 : 26-30, le créateur dit : Je suis l’Éternel, ton Dieu, et j’avertissais Israël, qu’il nous expulserait du pays comme il l’a fait avec les Amoriens en raison de leur comportement. À la fin de Kedoshim, Lévitique 20 : 22-26 répète que nous devions obéir à ses Chukkim et Mishpatim afin que la terre ne nous vomisse pas comme ceux qui vivaient dans la terre avant de la reprendre. Dans les trois cas, y compris la partie Haftará, Ézéchiel 2 Le Créateur a mis Israël à part et a mis en garde le peuple contre l’imitation des voies du monde, comme nous le lisons dans Lévitique. Cependant, Israël aujourd’hui a oublié qui, ils sont et plutôt que de suivre le Créateur, ils préfèrent être acceptés par le monde. En tant que les ‘restes choisis’, ne suivons pas leurs traces. La sainteté réside dans ce que nous sommes à l’intérieur, alors ne soyons pas comme Nadab et Abihu qui ont choisis de faire les choses à leur manière et en ont subi les conséquences ; examinons plutôt quotidiennement nos cœurs, réparons les choses avec ceux que nous avons blessés ou offensés et revenons au Créateur, faisons la Techouva. Voilà comment avoir une vraie relation avec le Bore Olam. Il parle à Israël : « Je m’abstiens de les détruire. Je n’en ai pas fini avec dans le désert » ; parce qu’il avait donné sa parole à nos ancêtres. C’est aussi vrai aujourd’hui qu’il l’était alors.

Je vous recommande de lire ces deux Parashot pour être présentable au Créateur ; que nous « soyons saints comme il est saint ». Le mot saint a perdu sa vraie signification parce que comme je l’ai dit, nous y avons forcé une compréhension théologique. Saint est « mis à part » pour le Créateur. Il nous dit clairement ce que signifie « faire partie de Lui ». Lévitique 19 commence par les deux milieux des dix commandements, les deux sont Chukkim – חוּקִּים – honorez le père et la mère et respectez le Shabbat. Ils représentent la charnière entre les trois premiers et les cinq derniers. Les trois premiers sont Mitzvot – מִצְות et concernent notre relation avec le Créateur ; Son identité en tant que Dieu qui nous a fait sortir d’Égypte, pour ne pas adorer les idoles et pour ne pas prendre son nom en vain. Les cinq derniers, Mishpatim – מִשְׁפָּטִים concernent la relation que nous devons avoir avec notre voisin, notre prochain Lev. 19 : 18… “Aimez votre prochain comme vous-même, je suis l’Éternel.” וְאָהַבְתָּ לְרֵעֲךָ כָּמוֹךָ: אֲנִי, יְהוָה. ” “Faites aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous fassent” comme l’a dit Yeshua. Si vous voulez être saint, vous devez suivre ses Dix Commandements ; c’est ce qui nous distingue des autres. Tout le reste est l’application de ces dix. Ses injonctions morales sont bien plus importantes que les rituels, c’est pourquoi l’humanité échoue aujourd’hui. Les dix commandements peuvent vous sembler simples, mais ils ne sont pas faciles à remplir. Chaque décision que nous prenons quotidiennement doit être considérée à travers son objectif.

Aujourd’hui, nous avons fait que Dieu soit à notre image, nous transformant ainsi en dieux. L’humanisme retire le Créateur de nos vies. Nos propres règles ont redéfini la moralité, mais ici le Créateur nous dit clairement de le suivre et non les hommes, sinon nous en subirons les conséquences. Nous pouvons être en mesure de tromper les autres, mais nous ne pouvons pas tromper le Créateur. Les rituels religieux sont comme des cosmétiques spirituels qui nous apprennent à « paraître » saints aux autres mais ne signifient pas grand-chose au Créateur qui voit notre cœur, nos intentions. Le Créateur se soucie-t-il que nous portions ou non du cuir sur Yom Kippour ? Il nous demande d’affliger nos âmes, ce qui signifie nous humilier devant Lui, au lieu de cela, nous nous préoccupons de ce que nous faisons pour bien paraître aux autres.

La vraie morale vient d’en haut et non de nous parce que nous pouvons être trop facilement influencés par les autres. Nous avons accepté les mensonges du monde aujourd’hui au lieu de la vérité qui ne peut venir que du Créateur, comme l’a dit Yeshua ; “Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera.” Le mot vérité en hébreu est un euphémisme se référant au Créateur lui-même sans avoir à prononcer son nom. Yeshua parlait à notre peuple à une époque de grande oppression lorsque les traditions de l’homme avaient remplacé la Torah de Dieu. Il voulait que nous sachions que lorsque nous avons une relation intime avec le Bore Olam, nous sommes libérés de la superstition et des réglementations oppressives des hommes pour le pouvoir et le contrôle. Le message du Créateur ne concerne pas les doctrines ; il s’agit d’action. L’amour de Dieu est un mot d’action. Lorsque nous aimons quelqu’un, nous voulons faire des choses pour lui ; il s’agit de loyauté, pas d’une sensation d’émotion éthérée qui part rapidement.

Le Créateur a mis Israël à part et a mis en garde le peuple contre l’imitation des voies du monde, comme nous le lisons dans Lévitique. Cependant, Israël aujourd’hui a oublié qui ils sont et plutôt que de suivre le Créateur, ils préfèrent être acceptés par le monde. En tant que ‘restes choisis’, ne suivons pas leurs traces. La sainteté réside dans ce que nous sommes à l’intérieur, alors ne soyons pas comme Nadab et Abihu qui ont choisis de faire les choses à leur manière et en ont subi les conséquences ; examinons plutôt quotidiennement nos cœurs, réparons les choses à ceux que nous avons blessés ou offensés et revenons au Créateur, faisons la Techouva. Voilà comment avoir une vraie relation avec le Bore Olam.