Blog Ki Tissa Adar 18 5780 בלוג כִּי תִשָּׂא, י”ח אדר תש”פ

La parashat Ki Tissa commence « lorsque vous effectuez un recensement… » fait référence au dénombrement des hommes, âgés de 20 ans et plus, qui serviraient dans l’armée israélienne, démontrant la confiance que nous avions en nos propres forces. Le Créateur a demandé à Israël “de ne pas” faire un recensement à moins qu’il ne l’ait spécifiquement demandé, pour nous montrer que nous devions lui faire confiance, pas en notre nombre. Chaque homme soumis au recensement et a dû apporter ½ shekel en premier pour éviter que la peste ne frappe notre peuple. Deuxièmement, qu’ils soient riches ou pauvres, tous devaient apporter le même montant pour montrer que chacun d’entre nous, avons la même valeur, aux yeux du Créateur et combien il est important d’appartenir à une communauté. Ceux qui s’isolent commencent lentement à mourir.

Le Créateur veut que ceux qui vivent en communauté soient dans l’unité. Cela ne signifie pas que nous avons l’uniformité. Nous n’avons pas besoin de nous habiller de la même façon, de manger de la même façon ou même de penser de la même façon. Nous devons nous entraider et travailler ensemble pour le bien de la communauté. C’est « l’unité dans la diversité ». Chacun de nous a quelque chose de spécial à donner. Ceux qui assistent fidèlement à la congrégation chaque Shabbat sont très spéciaux. J’aime voir à la fois les personnes âgées et les jeunes qui sont tous deux nécessaires à notre communauté. Personne n’est meilleur que l’autre. Une mosaïque, vue de loin, dépeint une belle image qui se perd à mesure que nous nous rapprochons. Cela nous montre que nous pouvons perdre l’ensemble de vue lorsque nous nous concentrons trop étroitement sur nous-mêmes. Unis, nous formons une belle mosaïque. Lorsque chacun de nous est présent et participe à la communauté, chacun forme un morceau de cette mosaïque et est compté, mais lorsque nous nous séparons, nous ne sommes pas comptés. Nous pouvons dire que nous n’avons pas de dons, de talents ou d’argent à offrir à la communauté, mais ce n’est qu’une simple excuse. C’est une attitude égoïste créée par ceux qui pensent plus à ce qui est pour moi qu’à ce que je peux apporter à l’ensemble. Le Créateur n’a pas créé de mendiants. Nous avons tous quelque chose à donner.

Chaque élément du Mishkan avait un but. Le Créateur a dit : « ne mélangez pas ce qui est sacré et le banal ». Que voulait-il dire ? Il y a une expression, « la familiarité engendre le mépris ». Cela signifie que nous pouvons perdre le respect de nos dirigeants et de nos aînés lorsque nous sommes trop proches d’eux au point d’être impolis. Il y a des moments où nous avons besoin de bienséance et de respect pour ceux qui occupent des postes d’autorité au lieu de les abattre dans leur dos. Nous sommes créés à l’image et à l’image du Créateur et, par conséquent, nous sommes spéciaux. C’est pourquoi le respect mutuel est si important. Il s’agit de savoir qui nous sommes, pas combien nous faisons. Cette expression, « ne mélangez pas ce qui est sacré et le banal » fait référence à l’ordre dans nos vies, pas au chaos.

Le Créateur se réfère à nouveau au Shabbat, un jour où Il s’est reposé après avoir créé le monde et tout ce qu’il contient. Il parle de la construction du Mishkan qui était la première chose que le Créateur nous a fait faire activement ensemble. Jusqu’à ce moment, Il avait tout fait pour nous, de nous délivrer d’Égypte (même contre notre volonté) à fournir de la nourriture et tout ce dont nous avions besoin pour survivre dans le désert. Malgré tout cela, nous nous plaignions constamment, mais Il ne nous a toujours pas abandonnés.

Le dernier jour des 40 jours, quand Moshe était sur le mont. Sinaï pour recevoir les Dix Commandements, Aaron a été acculé au mur par l’insistance des gens, qui voulait qu’il leur construise des dieux pour les ramener en Égypte. Au lieu de leur tenir tête, il a concédé. Moshe et Aaron représentent deux types de personnes. Moshe représente l’administrateur, celui qui rend la justice, le commandant en chef tandis qu’Aaron représente le pacifique miséricordieux qui veut apporter la réconciliation au peuple. Les Midrashim disent qu’Aaron n’a jamais accusé ni condamné quiconque de péché. Il était le goody-goody pendant que Moshe exerçait l’autorité. Sous les yeux de Dieu, nous avons besoin des deux. Nous pourrions nous demander pourquoi Aaron, et non Moshe, s’est vu confier le rôle de grand prêtre. Il n’y a pas d’homme parfait parmi nos héros dans les Écritures même si nous attendons la perfection de nos dirigeants et de nos parents. Nous exigeons davantage d’eux que de nous-mêmes. Beaucoup d’entre nous jugent nos parents en disant que nous n’avons pas obtenu ce dont nous avions besoin.

Examinons ces principes de la Torah pour les appliquer à nos vies au lieu de nous perdre dans l’histoire. Le Créateur nous donnera des responsabilités selon les dons qu’il nous a donnés, mais il ne nous demande pas d’être parfaits. Ces responsabilités ne dépassent pas nos capacités. Il avait appelé Betzalel et Oholiab en qui Il avait implanté la sagesse et les talents pour leurs tâches à accomplir. Il ne nous demande jamais plus que ce que nous pouvons donner. Le problème est que nous sommes voués à l’échec ; nous sommes nos pires ennemis en pensant que nous ne sommes bons à rien. C’est une fausse humilité, préférant en réalité échapper à notre responsabilité. Il serait plus honnête de dire que nous ne voulons tout simplement pas le faire. Nous attendons des autres qu’ils fassent pour nous ce que nous ne voulons pas faire. Nous sommes tous responsables de ce que nous avons été appelés à faire et lorsque nous disons : « Je ne peux pas faire cela », nous cherchons des excuses.

Le Créateur a pardonné au peuple pour le péché du veau d’or et leur a donné un moyen de retour, Techouva. Il y a toujours des conséquences pour notre mauvaise conduite, même fatales, mais nous ne pouvons blâmer personne d’autre que nous-mêmes. Moshe a finalement réalisé qu’Israël était son peuple. Avant cela, il était un leader réticent. Maintenant, il avait sa responsabilité envers eux. Beaucoup d’entre nous ici sont encore des visiteurs et ne se sont pas approprié cet endroit comme le nôtre. Cela facilite le départ mais le Créateur nous dit que nous sommes tous responsables et peut-être avons-nous été appelés « pour un temps comme celui-ci ». Cette petite communauté apporte la lumière de la vérité au monde en demandant aux gens s’ils veulent la religion ou une relation avec le Créateur. Le Créateur a appelé Israël à être ohr l’goyim, lumière du monde et nous devons continuer à briller dans les ténèbres.