Blog Acharei Mot Nisan 29 5779 בלוג אַחֲרֵי מוֹת, כ”ט ניסן תשע”ט

Cette parashah commence par les règles de Yom Kippour pour les Cohanim, dans les chapitres 16 et 17, avertissant ainsi Aaron qu’il y avait un danger, si ces règles établies par le Créateur, ne sont pas respectées, au point même de provoquer la mort. Le chapitre 18 est très difficile pour la plupart des habitants du monde occidental actuel. Récemment, la Californie a tenté d’adopter une résolution visant à interdire la Bible en raison de ce qui est écrit dans ce chapitre. Ils allaient censurer la Torah, parce que cela va à l’encontre des croyances de certains groupes de personnes. Ce n’est pas une période facile pour ceux qui ont le courage de défendre la moralité. La plupart des gens perdent la conscience au point de devenir totalement amoraux. Pour eux, le bien ou le mal dépend de ce qu’ils ressentent au lieu de ce que le Créateur nous a dit ! L’histoire nous enseigne que les plus grands empires sont tombés pour ces trois raisons : premièrement, des gouvernements totalitaires dirigés par des dictateurs pervers, deuxièmement, une perte totale de la justice accompagnée du désir d’annihiler Israël et les Juifs et troisièmement, une faillite morale totale. En bout de ligne, c’est une bataille spirituelle entre la lumière et les ténèbres. Lorsque les limites de la moralité sont perdues, l’obscurité règne.

Je vous recommande de lire tout le chapitre de Lévitique 18, mais laissez-moi vous lire le début: “1 Le Seigneur parla à Moïse et dit 2 Parle aux Israélites et dis:” Je suis l’Éternel, ton Dieu: 3 Tu ne dois pas te comporter comme ils le font en Égypte où vous viviez; vous ne devez pas vous comporter comme les habitants à Canaan où je vous emmène, ni suivre leurs lois. ” Cela ne peut pas être plus clair. Très peu de gens veulent s’attarder sur les significations de ce chapitre et moi-même, personnellement, je ne prends pas plaisir à lire sur les choses qui y sont décrites. Il y a un mot très fort dans le verset 22 : תּוֹעֵבָה « toeva » qui signifie « abomination ». Puis les versets 24 et 25 disent : « Ne vous contaminez pas par ces pratiques, c’est pour de telles choses que j’ai chassé les nations avant vous, et qui se sont contaminées avec elles. 25 La terre est devenue contaminée. Par conséquent, je suis sur le point de le punir pour sa culpabilité, et la terre elle-même vomira תָּקִא – sur ses habitants. » Cela ne concerne pas seulement la terre d’Israël, mais le monde entier. Il n’est pas étonnant que nous voyions ce qui se passe dans le monde aujourd’hui, y compris en Israël.

Le monde est tellement soumis au lavage de cerveau à présent qu’il célèbre comme juste les choses que la Torah nous enseigne comme étant mauvaises. Quiconque parle contre cela est appelé un ennemi de l’humanité, un bigot. Mon problème ne concerne pas ceux qui sont à l’extérieur mais ceux qui sont parmi nous. J’ai parlé à des gens qui ont de bonnes valeurs morales, mais ils ont acheté le mensonge. L’immoralité sexuelle n’est pas acceptable, peu importe qui est impliqué. Pourquoi ? Parce que la Bible nous le dit ! Si nous disons des choses pour ce qu’elles sont selon ce livre, nous nous appelons des fanatiques religieux. La Torah ne consiste pas à être un fanatique ; il s’agit de la moralité, des principes de base de la décence, de la façon de vivre une vie bien remplie et riche ! Il nous avertit des types de comportement qui peuvent détruire l’humanité.

En tant qu’Ingénieur et Professeur de Thermodynamique, je connaissais la résistance des matériaux, le processus de passage de l’élasticité à la plasticité. Un élastique peut être tiré au point où il rebondit une fois relâcher. Cela peut être comparé à la personne qui a une conscience mais qui fait quelque chose immorale. Elle peut toujours être ramenée sur la bonne voie, lorsque sa conscience le pousse à faire de la téchouva. Cependant, l’étape suivante de l’élasticité consiste à continuer à tirer jusqu’à perdre son élasticité et à passer à la plasticité. Il ne retourne jamais à sa forme antérieure. Beaucoup d’entre nous, qui avons été tirés hors de notre niveau conscient, et qui avons accepté les mensonges de la société pour une raison quelconque, sommes passés à la plasticité. La Torah est claire sur le comportement sexuel odieux, mais nous l’acceptons lentement comme la norme en raison de l’opinion populaire. Cela affecte profondément nos jeunes d’aujourd’hui qui sont bombardés de mensonges. Ils disent : « Qu’est-ce qui ne va pas s’ils s’aiment ?» Il est vrai que nous vivons dans une société libre, après avoir été laissés à notre libre arbitre, mais il y a des conséquences pour nos actions dont nous sommes responsables. Répéter simplement que quelque chose est juste ne le fait pas bien. L’accord ne change pas la vérité. Le mouvement libéral et progressiste permet la liberté d’expression à ceux qui sont d’accord avec eux, mais ils censurent ceux qui ont des opinions opposées au point de lancer des insultes. N’avons-nous pas le droit de croire à la Torah ?

Que pouvons-nous y faire ? Il existe une loi plus grande que la loi du pays – les principes qui nous ont été donnés par le Créateur. Peu importe combien le monde veut se renverser, le Créateur a parlé. Nous pouvons avoir peur de parler en raison des répercussions, mais nous devons néanmoins nous exprimer. A cette époque, la plupart des grandes religions ont accepté l’immoralité de ce monde, au lieu d’enseigner la moralité de la Torah. Ils changent la Parole de Dieu pour être populaires. Le Créateur ne change pas ! Les gens s’inquiètent plus de la pollution physique de la planète que de la pollution spirituelle de nos âmes. En nous opposant aux principes que le Créateur nous a donnés, nous détruisons l’âme de notre planète. Le spirituel se manifeste dans le physique.

L’homme s’est intronisé au lieu d’introniser le Bore Olam qui nous a créés hommes et femmes. Nous avons dédié nos enfants au dieu Moloch en leur enseignant des mensonges sur les valeurs morales, les proposant ainsi à de faux dieux. L’autre façon de procéder consiste à recourir à l’avortement sur demande. La semaine dernière, ils ont arrêté une femme qui souhaitait qu’une sage-femme accouche de son bébé à la maison et l’ont obligée à l’accoucher à l’hôpital, affirmant que c’était un danger pour la vie du « fœtus », terme utilisé pour déshumaniser le bébé. Pourtant, dans ce même hôpital, ils ont une clinique d’avortement. Comme notre façon de penser est tordue ! Nous sommes aveuglés par la pollution spirituelle, mais il est peut-être encore temps d’inverser la trajectoire de ce monde si chacun de nous trouve le courage de dire la vérité quand on le lui demande. Une petite bougie peut éclairer une pièce sombre.