Blog Chavouot Deuxième Jour Sivan 7 5780 בלוג שָׁבֻעֹת שני, ז’ סיון תש”פ

En raison de Chavouot, cette partie se situe en dehors des lectures régulières de la Torah et parle d’apporter une deuxième dîme à ceux qui ont des besoins spéciaux tels que la veuve, l’orphelin et l’étranger. Le Créateur veut que nous donnions avec un cœur disposé, pas par sentiment d’obligation ou par peur de la punition si nous ne donnons pas. Ce festival de Chavouot est un moment de joie en particulier en Israël où ils célèbrent la récolte précoce avec des chants et des danses et beaucoup de fruits et de fleurs. Israël a commencé comme une nation d’agriculteurs devant cultiver des terres si différentes de celles qu’ils ont laissées. L’Égypte avait un approvisionnement constant en eau du Nil tandis qu’Israël était un désert sec et caillouteux. Ils devaient compter sur le Créateur pour les pluies afin que leurs récoltes puissent pousser. Il a fallu beaucoup de travail pour cultiver. Aujourd’hui, Israël est le leader de l’alimentation du monde en produisant des techniques agricoles innovantes qui aident de nombreux pays à cultiver leur propre nourriture. Les aliments biologiques, les méthodes naturelles de destruction des insectes et des rongeurs qui menaçaient la récolte, les méthodes exceptionnelles d’irrigation et de pollinisation ont toutes été développées en Israël. Ainsi, ils remplissent le rôle confié à Avram Avinu (notre père Avram) dans Genèse 12 : 3… toutes les nations seraient bénies par leur intermédiaire. Chavouot est l’accomplissement de cette bénédiction.

Pessa’h est le festival de la délivrance et dans les trois premiers mois, bébé Israël devrait apprendre à faire confiance à son Libérateur. S’ils refusaient de suivre ses instructions, il y avait des conséquences, pas des punitions. Quand ils sont arrivés au mont-Sinaï trois mois plus tard, quelque chose de très spécial s’est produit. Chavouot est aussi appelé le festival de Matan Torateinu, le don de la Torah à la base de Har Sinaï, par notre Créateur. Moshe a ensuite été envoyé par notre Créateur pour recevoir les Tablettes après 40 jours et 40 nuits sur la montagne, après quoi il a fait briser les tablettes des Dix Commandements, écrites dans la pierre par le Doigt de Dieu. Quelle est la comparaison entre la moisson et la Torah ? La récolte est le don physique de la vie par la nourriture, tandis que la Torah est le don de la nourriture spirituelle. Ces dix commandements nous étaient destinés, afin de nous apprendre les principes sur la façon de vivre un nouveau mode de vie, ne dépendant pas uniquement du Créateur mais pour nous aider à grandir et à prendre nos propres décisions. De bonnes décisions donneraient de bons résultats ; de mauvaises décisions auraient des conséquences désastreuses.

Nos sages disent que Chavouot signifiait le mariage entre le Créateur et Israël, les dix commandements étant la Ketouba. C’était un mariage éternel dans lequel la fidélité du Créateur ne dépendait pas de la fidélité d’Israël. Quelle belle photo pour nous aujourd’hui !

C’est le seul festival qui n’a pas de règles ou règlements supplémentaires. Fondamentalement, nous devions apporter nos premiers fruits au Créateur, venir au lieu qu’Il nommerait, les partager avec la communauté et nous réjouir. C’est la seule des sept fêtes où le pain au levain a été accepté, ce qui signifie que nous pouvons être fiers du travail acharné que nous avons accompli, planter et récolter le fruit de notre labeur et profiter pleinement du partenariat avec notre Créateur. Il nous bénissait et nous montrait qu’il était avec nous.


En ce moment, le monde vit dans la peur à cause de cette pandémie. Beaucoup de gens disent que Dieu punit le monde pour sa désobéissance, mais quand allons-nous apprendre que nous n’avons pas à blâmer Dieu ou les autres pour les conséquences de nos propres actions ? Les dirigeants mondiaux utilisent cela comme une excuse pour abuser des plus vulnérables d’entre nous. Si nous permettons aux méchants de faire ce qu’ils veulent tout en gardant le silence, nous n’avons personne d’autres à blâmer, que nous-mêmes. Proverbes 31 : 8-9 nous dit clairement que nous devons parler pour ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes. Qu’est-ce que cela a à voir avec Chavouot ? Nous devons être reconnaissants pour toutes ses dispositions et savoir que tout ce que nous accomplissons, nous le faisons avec son aide. Nous sommes également appelés à ce moment à partager notre générosité avec d’autres, en particulier ceux qui ne peuvent pas prendre soin d’eux-mêmes tels que l’orphelin, la veuve et l’étranger. Le Créateur veut une relation à bidirectionnelle (dans les deux sens) dans laquelle les deux parties donnent et reçoivent. Lorsque nous traversons une période difficile, sur qui pouvons-nous compter ? Chacun de nous est responsable les uns des autres. Beaucoup de gens tombent dans le piège de la prise en charge par le système du bien-être sociale. C’est-à-dire où pourrait-on trouver le maximum d’occasion de gratuité ? Si vous donnez un poisson à un homme, il a à manger pendant une journée mais si vous lui apprenez à pêcher, il a à manger pour la vie.

L’hébreu est une belle langue qui nous donne imagée qui nous montre plusieurs images. Pourquoi mange-t-on des fruits et des produits laitiers à Chavouot ? Lait en hébreu – חָלָב – chalav – a trois lettres qui en Guématrie totalisent le nombre 40 (2 + 30 + 8 = 40 =, ח + ל+ ב ), le nombre de jours que Moshe est resté sur le Mont Sinaï, La terre d’Israël est une terre de lait et de miel. Le lait représente l’idée de nourriture pour un bébé, le Créateur étant notre Nourricier. Le miel est doux comme la Torah et est créé par l’abeille qui en hébreu est “Deborah – דבורה” venant du mot, daber – דבר, qui signifie le mot.

La Torah de base est les dix commandements. Si nous pouvions simplement les comprendre et les appliquer, nos vies seraient bénies. La Torah ne consiste pas à ce que nous soyons légalistes, critiques ou bornés. Parfois, nous devenons très méticuleux au point d’être obsédés par les formules religieuses et nous oublions la chose la plus importante – c’est-à-dire notre cœur, d’où sort le bien et le mal. La Torah contient des enseignements et des principes que nous devons suivre et appliquer en fonction de chaque situation. La seule dîme que le Créateur veut est une volonté ; de la même manière, la Torah ne peut être imposée à personne, elle doit être suivie avec un cœur disposé. À Shemot, Exodus, quand Moshe a remis les tablettes au peuple, ils ont tous dit : « Nous ferons, et nous obéirons ». Mon désir est qu’à Chavouot nous ayons un temps de réjouissance, d’honneur et de remerciement du Créateur pour tout ce qu’il nous a donné.