Shabbat Chol Ha Moed Nisan 17, 5780 שבת חול המועד, י”ז ניסן תש”פ

En ce Shabbat intermédiaire, nous arrêtons les lectures régulières de la Torah et nous nous tournons vers Pessa’h. En ce moment, nous sommes isolés dans nos maisons et même si nous sommes séparés les uns des autres, nous attendons avec impatience la fin de cette pandémie. C’est mon désir que nous utilisons ce temps pour grandir et apprendre. Il est difficile de se faire face pendant les périodes de silence, et nous préférons les distractions, mais nous sommes mis au défi de faire face aux fantômes de notre passé qui peuvent être effrayants. Beaucoup de religieux disent que le Créateur a envoyé ce fléau pour nous punir et que Machia’h arrive bientôt ; prier pour qu’il nous sauve de cette folie et cherche à s’échapper au lieu d’apprendre à vivre et à faire face aux conséquences de nos propres actions. Il est facile de blâmer le Créateur pour tout ce qui nous arrive mais rappelez-vous, Il ne nous punit pas ; nous nous punissons. Nous pouvons dire que nous n’avons pas causé ce virus, que nous sommes innocents et que nous souffrons à cause de ce que les autres ont fait. Le Créateur utilise l’avidité et l’égoïsme de l’homme pour nous enseigner quelque chose en ce moment. Il utilise ce moment pour une bonne cause, nous obligeant à sortir de nos zones de confort. Cela va nous amener à apprendre, à être humbles et honnêtes avec nous-mêmes.

Si nous croyons au Créateur, nous comprenons ce terme… “bechirah chofshit”, le libre arbitre. La liberté signifie que nous sommes responsables de nos actions. La racine d’un mot hébreu peut peindre mille images. Par exemple, le mot charut חָרוּת signifie « graver » ; le mot cherut חֵרוּת orthographié de la même manière, signifie liberté et acharayut אַחֲרָיוּת signifie responsabilité. Lorsque le Bore Olam « grave » sa Torah dans nos cœurs, il veut nous donner la « liberté » mais avec la liberté vient la « responsabilité ». Si vous savez faire ce qui est bien mais ne le faites pas, c’est un péché.

La portion de la Torah ce Shabbat est tirée de l’Exode 34 et dans les versets 6 et 7, le SEIGNEUR parle à Moshe. Dans ces versets se trouve un bel enseignement de nos sages appelé “Les 13 Attributs du Bore Olam”.
Verset 6 : Et l’Éternel passa devant lui, et proclama : ‘Éternel – Éternel, Dieu, miséricordieux et miséricordieux, magnanime et abondant en bonté et en vérité ;Verset 7 : gardant miséricorde envers la millième génération, pardonnant l’iniquité, la transgression et le péché; et cela ne libérera en aucun cas les coupables; visitant l’iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants, jusqu’à la troisième et à la quatrième génération.
Le premier et le deuxième attribut : 1 יְהוָה 2 יְהוָה YHVH – YHVH LORD – LORD signifie qu’il se manifeste lui-même dans sa plénitude ; C’est un Dieu personnel et majestueux qui cherche une relation avec son peuple, pas pour faire de nous ses esclaves. Le Troisième : 3 אֵל El, traduit par Dieu Tout-Puissant, est Celui qui est en charge, qui contrôle. Le Créateur nous permet d’être en charge de nos vies à cause de notre libre arbitre mais cela ne signifie pas que nous sommes en contrôle. Le Quatrième : 4 רַחוּם rachum, Dieu est compatissant en particulier envers ceux qui sont pauvres et nécessiteux, déprimés. Le cinquième : 5 חּןוּן Chanoon, Il est généreux, nous donnant bien plus que ce que nous méritons. Nous ne méritons pas sa grâce. Le sixième : 6 –אֶרֶךְ אַפַּיִם Erech apayim – longue souffrance. Il a tellement de patience avec nous, lent à la colère, attendant toujours que nous retournions à Lui. Le Septième : 7ְרַב-חֶסֶד Rav Chesed – bonté abondante ; Il est tellement plus gentil avec nous que nous envers nous-mêmes et les uns envers les autres. Il est bon pour les injustes aussi bien que pour les justes, sinon nous serions tous morts. Le huitième : 8 אֱמֶת Emet – Le rabbin Yeshua nous a enseigné la vérité quand il a dit : “Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera”. Emet fait référence au Créateur qui nous libère de l’esclavage de notre esprit, de notre ego lorsque nous arrivons à Le connaître vraiment et intimement. Le neuvième : 9 נֹצֵר חֶסֶד לָאֲלָפִים Notzer chesed la’alaphim : Il étend sa grâce et sa bonté à la millième génération, ce qui signifie éternel. Il prend en compte le zechut – זכות, les mérites de ceux qui nous ont précédés, nos parents, nos grands-parents, nos professeurs, même nos amis dignes. Le dixième : 10 נֹשֵׂא עָון Nosei Avon : Dieu pardonne nos iniquités, nos méfaits involontaires mais pour les méfaits intentionnels, Il ne pardonne que si nous faisons la Techouva et revenons à Lui bien que les conséquences demeurent. Le onzième : 11 פֶשַׁע Fesha est une rébellion due à notre propre fierté. La seule façon de renverser la situation est de reconnaître qui nous sommes et de demander de l’aide. Le douzième : 12 חַטָּאָה Chata’at – bien que traduit par le péché, une meilleure traduction serait « manquer son but ». Cela signifie que nous essayons de faire quelque chose de bien, mais cela finit mal. Encore une fois, la reconnaissance est la clé. Le treizième : נַקֵּה Nakeh signifie visite : l’expression complète est יְנַקֶּה – פֹּקֵד עָון Y’nakeh paked avon « Visiter les iniquités de » … ce qui signifie que Dieu nous rendra visite dans notre temps de détresse et de pardon, effacera les conséquences de nos méfaits quand nous serons vraiment retournez-vous à Lui et désirez faire les choses correctement. Encore une fois, Il ne nous punit pas ; nous nous punissons.

La Torah nous enseigne clairement que le Créateur est le seul qui pardonne le péché. Aucun sacrifice ne peut pardonner le péché. La seule façon est de venir directement au Créateur dans l’humilité en reconnaissant nos défauts et d’être prêt à faire la restitution. Chacun de nous est responsable de ses propres actions. Nous ne pouvons pas l’imposer à quelqu’un d’autre. Pessa’h est une fête d’action de grâce, pas pour le pardon des péchés. Dieu a délivré Israël non pas parce qu’ils étaient bons mais au mérite de leurs pères. Aucun d’eux n’a demandé pardon comme nous le verrons plus tard avec le veau d’or. Notre Créateur nous demande constamment de retourner à Lui et Pessa’h est le moment idéal pour le faire.

Remerciez-le YHVH car Il est bon,
Sa miséricorde dure à toujours.
הוֹדוּ לַיהוָה כִּי-טוֹב כִּי לְעוֹלָם חַסְדּוֹ
Hodu l’Adonai ki tov ki l’olam chasdo.