Blog Re’eh Av 25 5780 בלוג רְאֵה, כ”ה אב תש”פ

Cette parashah Re’eh (voir) commence par une bénédiction (brachah) בְּרָכָה et une malédiction (klalah) קְלָלָה. Moshe avertissait (tokhechah – תוכחה) son peuple, pour son propre bien, que s’ils obéissaient aux principes que le Bore Olam lui avait remis au mont Sinaï, les choses iraient bien pour eux ; s’ils désobéissaient, les choses iraient mal dans leur vie en conséquence directe. De la même manière, en tant que parents, nous fixons des limites à nos enfants, non pas pour les contrôler mais pour les protéger du mal. Cependant, nous blâmons souvent le Créateur pour nos souffrances, nous demandant pourquoi, Il nous punit au lieu de comprendre qu’il nous a donné le libre arbitre et que nous devons assumer la responsabilité de notre comportement. Nos choix affectent non seulement nos propres vies, mais aussi ceux qui nous entourent aujourd’hui et pour les générations futures. Le mot Re’eh רְאֵה est singulier mais est suivi de lefaneichem לִפְנֵיכֶם, un nom pluriel qui indique qu’il commence par l’individu et se prolonge dans la communauté.

Dans les deux derniers parashot, Moshe traita des mitsvot (les trois premiers commandements) et dans celui-ci, il commencera à développer les chukkim, les ordonnances (les quatrième et cinquième principes) et les mishpatim, les statuts (les cinq derniers). Les chukkim ne nous fournissent pas d’explication logique mais doivent simplement être obéis ; ils concernent le Shabbat et l’honneur du père et de la mère. Viennent ensuite les mishpatim qui concernent notre responsabilité envers notre prochain. Cette parashá décrivait également les aliments qui peuvent et ne peuvent pas être mangés, connus sous le nom de lois de la cacherout aujourd’hui, bien que le mot casher n’apparaisse nulle part dans la Torah. Il souligne également que nous devons nous occuper de ceux qui ont moins de chance que nous – l’étranger, la veuve et l’orphelin, essentiellement les pauvres. Ici, Moshe a dit aux gens que le Créateur voulait qu’ils fassent tout avec joie, pour jouir de la vie en contraste avec la manière ascétique du très religieux. Célébrer la vie se fait en communauté, en partageant les uns avec les autres et en ne posant pas les actions pour des raisons égoïstes. Le don et la participation étaient particulièrement importants aux Shalosh Regalim, les trois festivals de pèlerins.

Je voudrais souligner le titre, Re’eh – soyez attentif, ouvrez les yeux, voyez ce qui vous entoure. Deut. 13 nous avertit de ne pas nous laisser tromper quand de faux prophètes qui se lèvent et nous conduisent vers de faux dieux. Nous devons vérifier ce qu’ils disent et si cela semble trop beau pour être vrai, nous méfier ! Ce n’est pas tout ce qui brille, qui est de l’or ! Aujourd’hui, le monde est pris dans un réseau de rumeurs et de faux reportages provoquant une hystérie de masse. Le Créateur nous a donné un cerveau et veut que nous analysions les faits avant de croire tout ce que nous voyons ou entendons. Le sens de l’idolâtrie est d’échanger le vrai Dieu contre un faux dieu ou des dieux. Par exemple, quelqu’un m’a demandé : « Comment puis-je être pardonné pour mes péchés si quelqu’un d’autre ne les paie pas ? » À quel point il est pratique de croire cela, mais qu’en est-il de la responsabilité personnelle ? Notre grand rabbin Yeshua a dit : “La raison pour laquelle je leur parle en paraboles est qu’ils regardent sans voir et écoutent sans entendre ni comprendre.” (Extrait de Matthieu 13, citant Jérémie et Ésaïe).

Il y a un dicton « hors de vue, hors de l’esprit ». Il est facile d’ignorer les conséquences de notre comportement. Moshe avertissait la jeune génération qu’ils devaient être assez forts pour résister aux manières captivantes des gens vivant dans la terre qu’ils étaient sur le point de conquérir. Ils devaient avoir une base solide sur laquelle ils pourraient s’appuyer lorsque la tentation se présenterait. Il n’y a rien de plus fort qu’une relation personnelle avec le Créateur. Aller au centre de culte de votre choix une fois par semaine ne suffit pas. Ce n’est pas ce que nous disons mais ce que nous faisons, comment nous le servons. Le Créateur n’a besoin de rien de nous, mais les Écritures sont remplies de versets pour aider ceux qui sont moins chanceux que nous. Servir les autres, c’est servir notre Créateur.

Les Israélites étaient sur le point de prendre possession de la Terre Promise. Que faisons-nous lorsque nous déménageons dans une nouvelle maison ? Nous nettoyons tous les coins et recoins pour nous assurer qu’il ne reste plus de saleté des personnes qui y ont vécu avant nous, en particulier les salles de bain ! Les Israélites devaient retirer tout ce qui pouvait les contaminer de la culture cananéenne. Le Créateur a dit : “N’imitez pas leurs manières !” Aujourd’hui, nous sommes devenus des imitateurs au lieu de garder notre propre identité. Nous avons oublié qui nous sommes. Lorsque nous gardons le silence parce que nous ne voulons pas être distingués pour nos valeurs, nous sommes aussi coupables que ceux qui imitent ouvertement les habitudes du monde. Cette partie nous rappelle de ne pas échanger le vrai Dieu contre une imitation simplement parce qu’il est populaire. Que nous le voulions ou non, si nous avons une vraie relation avec le Créateur, nous voyons la vie différemment, nos valeurs sont différentes. Cela peut être coûteux. Nous serons jugés et appelés des noms. Le Créateur nous a présenté les dix principes (également connus sous le nom de « dix commandements » et les bénédictions et malédictions subséquentes. C’est à nous de les garder. Combien de religions nous apprennent à ne pas nous inquiéter ; nous pouvons faire de bonnes œuvres pour équilibrer les mauvaises choses que nous faisons, ou nous pouvons acheter des indulgences pour payer notre sortie du péché. Le Créateur est-il si naïf au point où nous pouvons l’acheter ?

Comment pouvons-nous appliquer cela à nos vies aujourd’hui ? Nous devons commencer par nous-mêmes. Si je ne suis pas juste avec moi-même, je ne peux pas avoir raison avec quelqu’un d’autre. Si je ne peux pas m’aimer, comment puis-je aimer mon prochain. Nous devons revenir à l’essentiel. Joni Eriksen-Tada a dû accepter son nouvel état de tétraplégique. Elle a fait de l’ambition de sa vie de sortir d’elle-même et de servir les autres. Cela lui a apporté un profond épanouissement et une joie dans sa vie. Sommes-nous prêts à examiner notre relation avec le Créateur, à être honnête avec nous-mêmes afin de pouvoir servir les autres ? Nous imposons des limites à nos capacités lorsque nous ne voulons pas être sortis de nos zones de confort. Le seul moment où nous grandissons, c’est lorsque nos zones de confort sont mises au défi. Il est temps de sortir de notre zone de confort, de s’employer à servir le Créateur en se servant les uns les autres. La parashá se termine par la dîme, le don. Le Créateur parle constamment de ce domaine parce qu’il sait que ce n’est pas confortable. Cette parashá consiste à vivre nos vies avec joie, en relation avec le Créateur et au service les uns des autres. Cela nous évitera de nous ennuyer et de rester à l’écart de l’idolâtrie.