Blog Kedoshim Iyar 6th 5779  בלוג קְדֹשִׁים, ו’ אייר תשע”ט

La Parashah Kedoshim commence dans Lévitique 19: 1 et 2 avec:”א  וַיְדַבֵּר יְהוָה, אֶל-מֹשֶׁה לֵּאמֹר ב  דַּבֵּר אֶל-כָּל-עֲדַת בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל, וְאָמַרְתָּ אֲלֵהֶם–קְדֹשִׁים תִּהְיוּ:  כִּי קָדוֹשׁ, אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם.. Et l’Éternel parla à Moïse, et dit : Parle à toute l’assemblée des enfants d’Israël, et dis-leur: Vous serez sanctifiés; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis saint.

Qu’est-ce que le Créateur nous dit ici ? Sommes-nous censés essayer de nous sanctifier parce qu’il est saint ? Au chapitre 20, le même mot “Kedoshim” apparaît en ce qui concerne la mise à part ou la séparation. Que signifie vraiment “être saint” ? Si je demandais à chaque personne de comprendre cette phrase, chacune d’elles aurait une idée différente. Certaines personnes pensent que le fait d’être très religieux ou de perfectionner leurs pratiques les rend saints.

Si nous revenons à la Genèse (Bereshit 1 :26), nous voyons que nous avons été créés à la ressemblance et à l’image du Créateur. Cela signifie qu’il a placé ses traits de caractère dans chaque être humain, sans exception. Il ne parle pas de traits physiques car il n’a pas de forme. Les chapitres 19 et 20 continuent en décrivant en détail les Dix commandements. Être obéissant aux commandements, c’est  ça être saint. Ses caractéristiques nous distinguent du reste de l’humanité. Il ne s’agit pas de faire des rituels ou de jouer un rôle. Le Créateur n’est pas impressionné par notre performance car il nous connaît de fond en comble. La phrase “Je suis ton Dieu” est répétée 16 fois pour nous rappeler qui il est. Il nous dit de le “craindre” en évoquant l’idée de “révérence”.

Selon vous, quels domaines de notre vie nous rendent saints ? Ce sont nos actions, notre mode de vie, notre intégrité, notre responsabilité, notre loyauté (le véritable amour dénote la loyauté). Le rabbin Yeshoua dans Mattityahu 22 : 37 a résumé les Dix Commandements avec le Shema et le V’ahavta – “Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de ton âme et de tes moyens et aime ton prochain comme toi-même”. Il n’a jamais inventé une nouvelle Torah mais son but était de rappeler à son peuple, à Israël, de retourner à la base, aux Dix Commandements afin de remplir leur rôle de lumière pour les nations. Le Créateur n’a jamais inventé les religions du monde. Il voulait que nous le suivions lui, mais pas un homme.

À la fin du chapitre 19, il répète : “Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte”, premier commandement. Notez que le chapitre 19 : 3 commence par le cinquième commandement “יאִ אִמּוֹ וְאָבִיו תִּירָאוּ – honore ton père et ta mère”. Ceci est immédiatement suivi de “garde mon Chabbat ; je suis l’Éternel, ton Dieu”. La mère et le père représentent les donneurs de la vie et le Shabbat est pour nous un moment de repos. Le seul moyen pour que nous soyons vraiment saints est de nous identifier au Créateur et de faire ce qu’Il nous dit de faire. Ce n’est pas compliqué.

Chaque fois que vous avez du mal à prendre une décision, posez-vous la question suivante : que ferait le Créateur? Il a établi des normes morales pour nous et c’est à nous de choisir de les faire ou non. Nous devons assumer nos responsabilités et faire preuve d’intégrité dans nos actions. Il commence par mettre notre foi en action afin de développer la confiance (d’Emunah à Bitachon). Combien de personnes disent “Oh, je crois en Dieu” mais est-ce suffisant ? Est-ce que cela nous rend saint ? La croyance doit être suivie d’action. Notre Dieu est un Dieu d’action. Nous voyons cela dans le premier commandement. Le Créateur ne nous demande pas de faire l’impossible ; un miracle est ce qu’il fait après que nous ayons fait tout ce que nous pouvons nous-mêmes. Rappelez-vous toujours, qu’il veut le meilleur pour nous, de la même manière que les parents normaux veulent le meilleur pour nos enfants.

Que pensez-vous que le Créateur pense à l’humanité en ce moment ? Le monde est pris dans une religion de “sentiments”. Cela a peu à voir avec l’honnêteté, la moralité, l’intégrité ou la responsabilité. Le bon sens a volé par la fenêtre. Les passages de cette partie traitent de la façon dont nous vivons nos vies. Il est facile de parler de la situation mondiale, de se plaindre de la façon dont les autres traitent les choses, mais en réalité, nous devons nous regarder nous-mêmes. Nous projetons toujours sur les autres plutôt que de traiter avec nous-mêmes. Veillez à ne pas jouer un rôle ou à vous rendre plus saint que vous ne l’êtes. Il est important d’être honnête devant le Créateur et avec ceux qui nous entourent. Aujourd’hui, nous pouvons choisir d’être n’importe qui, sauf qui nous sommes réellement. Tout est recouvert de ce qu’on appelle “l’amour”. Malheureusement, beaucoup d’entre nous qui disons aimer Dieu, avons acheté le mensonge et nous nous inclinons, devant l’opinion publique. Nous considérons que les pays qui font ce qu’ils veulent sont libéraux et ouverts d’esprit; où tout va bien tant qu’il y a de l’amour. Si nous dénonçons un comportement contraire à la Torah, nous sommes jugés et contraints de garder le silence. Peu à peu, l’humanité est en train d’être détruite.

C’est ma prière que l’humanité retourne au Créateur. Rabbi Yeshoua a dit : “Heureux ceux qui sont pauvres d’esprit, car ils hériteront du Royaume de Dieu.” En hébreu, pauvre en esprit signifie être humble devant le Créateur et la véritable humilité vient lorsque nous reconnaissons à quel point il est grand et à quel point nous sommes petits. Être saint comme il est saint signifie imiter ses caractéristiques en obéissant aux commandements de base qu’il nous a demandé de garder, ni plus ni moins.