Blog Devarim Av 4 5780 בלוג דְּבָרִים, ד’ אב תש”פ

Devarim est le dernier des cinq livres de la Torah et est le seul écrit directement par Moshe. Nos sages disent qu’il a été écrit un mois avant sa mort et qu’il s’est senti obligé d’aider les Israélites à apprendre des erreurs de leurs parents. Cela peut être comparé à une lettre écrite par un père qui souhaite laisser un cours de souvenirs à ses enfants après son départ. Il peut également être considéré comme un « renouvellement » des enseignements des quatre premiers livres. Notre prophète Jérémie au chapitre 31 :30 a dit que l’Éternel ferait une « nouvelle alliance » בְּרִית חֲדָשָׁה avec la maison d’Israël et de Juda puisque nos pères ont brisé l’ancienne, mais cette fois, Il la mettrait dans nos cœurs. L’alliance ou la Torah resterait la même, mais elle serait présentée d’une manière renouvelée.

Moshe s’adressait à cette deuxième génération formée de petits-enfants, pour leur rappeler avec douceur, toutes les erreurs qu’eux et leurs parents avaient commises au cours des 40 ans de voyage dans le désert. Au lieu de les accuser ou de leur détailler chaque incident, il leur a simplement rappelé chaque endroit où ils avaient vécu une expérience particulière ; par exemple, Lavan et Di-zahav en face de la mer Rouge. Lavan qui signifie blanc, représente quand ils se plaignaient de la manne et Di-zahav qui signifie or, qui représente, quand ils adoraient le veau d’or. Dans cette portion, Moshe a démontré à quel point il était humain, en disant que c’était leur idée d’envoyer des éclaireurs (Deut. 1 : 22, 23). Il leur a reproché, le fait qu’il ne puisse entrer dans la Terre Promise (Deut. 1 : 37), en les blâmant. Lorsque nous sommes confrontés à quelque chose, au lieu d’admettre ce que nous avons fait, nous avons tendance à justifier nos actions et à blâmer quelqu’un d’autre. Moshe avait voulu empêcher cette jeune génération de faire exactement cela, mais il est immédiatement tombé dans le piège lui-même. C’est pourquoi j’aime les Écritures. Ils ne blanchissent pas nos héros.

Le Créateur nous montre que nous, étant faits à Son image, ne sommes ni des robots ni des esclaves ; Il nous a donné le droit de prendre des décisions, mais avec celles-ci viennent des responsabilités. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que quelqu’un d’autre assume les conséquences de nos actes répréhensibles, pas une personne ni un sacrifice animal. Le message de base de la Torah est que lorsque nous échouons, nous devons reconnaître ce que nous avons fait, faire la Techouva (retourner à Lui) et y remédier. Il n’y avait pas de prisons dans les Écritures et pas de Korbanot ou d’offrandes pour des péchés intentionnels. Si notre grand prophète et chef, Moshe a blâmé le peuple, qui sommes-nous, de penser que nous ne ferions pas de même ? Il y a une expression courante qui dit “Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais !” Nos enfants observent notre comportement et nous interrogent. C’est pourquoi nous devons être si prudents.

Beaucoup de ceux qui sont entrés dans la Terre Promise après avoir erré 40 ans dans le désert avaient 58 ans. Cette deuxième génération différait de la première en ce qu’elle n’a jamais eu l’expérience d’être esclaves. On leur apprenait à former une communauté unifiée. Nous ne réalisons peut-être pas comment nous sommes façonnés par notre éducation. Cette partie est très psychologique. Moshe a compris ce que cette génération a dû traverser à cause du comportement de ses parents. Bien qu’en tant que parents, ayant beaucoup de responsabilités envers nos enfants, il n’y a pas de parents parfaits. Nous faisons de notre mieux parce que nous voulons le meilleur pour eux. Certains sont des disciplinaires stricts tandis que d’autres sont très permissifs. L’alternatif est de trouver un moyen d’être juste au milieu, mais c’est une route étroite. Lorsque nos enfants deviennent adultes, nous pouvons voir les résultats de la façon dont nous les avons formés. Si on ne leur a pas enseigné le respect, les bonnes manières, la politesse, leur comportement se reflète sur nous en tant que parents et rend plus difficile pour eux, la réussite dans la vie. Le Cinquième Commandement nous dit d’honorer notre père et notre mère parce qu’ils nous ont donné la vie de la même manière que le Créateur l’a fait.

Devarim 1 : 5, « … prit Moïse sur lui pour expliquer cette Torah, en disant… »: הוֹאִיל מֹשֶׁה, בֵּאֵר אֶת-הַתּוֹרָה הַזֹּאת לֵאמֹר.explique que Moché leur enseignera la Parole de Dieu afin qu’ils comprennent la bonne chose à faire. Nous connaissons nos enfants et devons traiter chaque enfant selon sa propre psyché, car le Créateur traite chacun de nous de manière unique. Aucun de nous deux ne se ressemble et Il nous traitera d’une manière que chacun de nous peut comprendre. Il fera tout ce qu’il faut pour attirer notre attention. Il veut que nous « écoutions » et obéissions – « Shema – שְׁמַע » – mettre les mots en action. À quelle fréquence faisons-nous quelque chose sans en réaliser les conséquences ? Nous avons chacun une conscience qui nous aide à répondre de la bonne manière. La vérité résonne dans nos cœurs. En général, Moshe a parlé à l’ensemble d’Israël, mais ils n’ont pas tous accepté ce qu’il a dit. Dans nos propres familles, certains enfants répondent bien à nos instructions tandis que d’autres sont têtus. Nous devons investir plus de temps avec les fauteurs de troubles tandis que ceux qui sont bons ont tendance à se sentir ignorés. La Torah accorde plus d’attention aux fauteurs de troubles parce qu’ils en ont besoin. Nous devons être prudents lors de l’interprétation des Écritures, car nous savons à qui le message était adressé et pourquoi.

Les psychologues nous disent que tout le monde n’accepte pas les vérités fondamentales pour ce qu’elles sont. Les gens ont des capacités variables pour traiter l’information. Moshe avait besoin de parler aux gens à tous les niveaux de compréhension. La semaine prochaine, la partie Vaetchanan – וָאֶתְחַנַּן répétera les dix commandements. Ils ne sont pas seulement universels mais détiennent toute la vérité pour l’humanité ; que vous soyez de droite ou de gauche, progressiste libéral ou conservateur, il ne peut y avoir aucun argument sur leur validité. La façon dont nous appliquons ces commandements est le problème. Quand je pense à mes parents, je me rends compte à quel point ils ont été stables et fidèles à leur responsabilité envers moi tout au long de mes années de rébellion et je suis tellement reconnaissant, au fait qu’ils ne m’ont jamais abandonné. Quand j’étais loin d’eux, ils étaient encore plus préoccupés par mon bien-être. Tout le monde n’avait pas de bons parents, mais ils peuvent désormais prendre de meilleures décisions sur la façon d’être avec leurs propres enfants. J’espère que les enfants verront que leurs parents ne veulent que le meilleur pour eux. En tant que parents, reconnaissons les domaines dans lesquels nous avons échoué et admettons que même si nous ne sommes pas parfaits, quoi que nous ayons fait, nous l’avons fait par amour pour nos enfants. Commençons ce cinquième livre de la Torah en réfléchissant à la manière dont nous voulons avancer dans nos vies, comme les enfants d’Israël qui étaient prêts à aller de l’avant pour prendre la Terre Promise.