Blog Pinchas Tammuz 24 5779 בלוג פִּינְחָס, כ”ד תמוז תשע”ט

Au début de cette parasha, qui porte son nom, Pinchas prit sa lance et transperça Zimri et Kozbi pour détourner la colère du Créateur du peuple d’Israël à cause de leur comportement. Il a fait ce que les juges ont été invités à faire, mais qu’ils ont échoué de faire. Pour cela, Pinchas s’est vu attribuer un titre – le « Brit Shalom » l’Alliance de la Paix, lui accordant à lui et à tous ses descendants l’alliance d’une prêtrise éternelle, « Brit Kehunat Olam ». “Qu’est-ce que Pinchas a fait pour recevoir un si grand honneur de la part de Bore Olam ?”. Le mot hébreu « shalom » a bien plus d’implications que « paix » telle que nous la connaissons ; il nous est difficile d’imaginer même l’état dans lequel, rien de l’extérieur ne peut nous perturber – une tranquillité sublime, sans lutte. Nous n’avons jamais vécu cela dans l’histoire du monde. Pinchas n’a pas seulement arrêté la destruction physique d’Israël ; il a arrêté la destruction spirituelle de notre peuple. La Torah dépasse le physique. La pensée hébraïque est holistique et ne sépare pas le corps, de l’esprit et l’esprit du corps, comme dans la pensée occidentale. En vieillissant, nous sentons que nos « entrailles » ne vieillissent pas comme le fait la couverture extérieure, notre corps. Nous avons son Ruach, son esprit à l’intérieur, qui est éternel et ce Brit Shalom a souligné l’idée que cette qualité de Shalom resterait après notre vie sur terre. La vie ne finit pas quand le corps physique meurt. Vingt-quatre mille personnes sont mortes de cette plaie, mais la véritable destruction est que l’âme d’Israël était en train d’être détruite par leurs actions.

Bamidbar (Nombres) 25 :16 continue avec le SEIGNEUR disant à Moïse d’abattre les Madianites pour avoir conspiré contre Israël afin de les détruire à cause de Cozbi et de Zimri. Cela s’était déjà produit, démontrant que la Torah n’est pas chronologique, mais il est répété d’insister sur le fait qu’Israël ne peut être détruit par aucune puissance extérieure ; il ne peut être détruit que de l’intérieur. Le Créateur a une patience infinie avec nous, nous disant constamment de revenir à lui, de faire Techouva. Nous ne sommes pas loin des grandes vacances et il nous interpelle toujours, pour nous rappeler qu’il est important, pour nous de bien définir nos priorités. Certains hommes ont fait des choses merveilleuses sur cette terre, mais leur vie a été enlevée trop tôt. Ceux qui restent ont une grande responsabilité et c’est pourquoi, immédiatement après la peste, on demande à Moïse de procéder à un recensement. Ceux d’entre nous qui sommes, restés comptons ! Lorsque nous sommes avertis, de ne pas faire quelque chose et que nous en souffrons, devons-nous blâmer quelqu’un d’autre ou assumerons-nous la responsabilité de nos actes ? Pinchas a fait exactement ce que les juges n’ont pas fait, peut-être parce qu’ils craignaient de se lever contre la « crème de la crème ». Ce n’était pas politiquement correct, pourtant ce jeune homme s’est levé et a fait ce que les autres n’oseraient pas faire, en arrêtant ainsi la peste.

Pinchas se souciait plus de ce que le Créateur dirait, que de ce que quiconque dirait. Beaucoup d’entre nous préférons vivre en apparence, où ce que les autres disent de nous, est plus important, que ce que nous sommes. Quand je vois des jeunes, suivre la foule plutôt, que d’avoir leur propre identité, cela m’attriste. Le Psaume 139 nous dit que chacun de nous est fait d’une manière unique. Pinchas n’a pas suivi la foule. Être soi-même a un coût. L’histoire de l’autruche est intéressante. Il peut facilement distancer un lion mais au lieu de cela, il met sa tête dans un trou, dans le sable en pensant que le lion ne peut pas le voir. Combien d’entre nous sont comme l’autruche où nous préférons détourner le regard au lieu de prendre des responsabilités et faire ce qui est juste ? Aujourd’hui, nous ne pouvons pas être comme Pinchas et percer les gens avec une épée, mais nos mots sont plus puissants que l’épée. La Torah nous apprend à parler pour ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes, même s’il y a un prix à payer pour défendre ce qui est juste. Aujourd’hui, le monde souffre de diverses plaies dues à l’immoralité et à l’indécence partout dans le monde. Malheureusement, la plupart d’entre nous imitons et acceptons la règle de la majorité parce que nous ne voulons pas être considérés comme des hommes rares. Le Créateur nous appelle à ressembler à Pinchas, à apporter le vrai Shalom et à limiter la destruction de l’âme de ce monde. Ce n’est pas un message facile. Il pourrait être mal compris en pensant que le seul moyen de le limiter est la force. Nous avons le droit de parler et de ne pas accepter ce que la majorité nous pousse dans la gorge. Nos sages disent que le nom Pinchas vient de deux mots, Peh et Nachash, signifiant la bouche du serpent. Pinchas nous appelle en demandant : « Sommes-nous pour ou contre le Créateur ? » Il n’y a pas de juste milieu. Il ne s’agit pas d’être un fanatique religieux mais d’être un tzaddik, une personne juste.