Blog Shemot Tevet 21 5780 בלוג שְׁמוֹת, כ”א טבת תש”פ

Dans la parashat Shemot, la nation d’Israël est en cours de développement, avec pour point de départ les circonstances qui ont conduit au «yetziah יציאה – l’exode» d’Égypte. La réponse à la question «pourquoi Israël devait-il naître en tant que nation en sortant de l’esclavage?» émergerait lentement. Israël a été reçu par un roi cordial qui a bien traité les gens, leur a donné le meilleur de la terre où garder leurs troupeaux, où ils étaient féconds et se multipliaient. Dans Exode 1: 7, le mot utilisé est ַ yishretzu décrit comme «grouillant» dans Bereshit (Gen.1: 20), ce qui nous donne une indication qu’ils «se sont multipliés comme des lapins»

Nous avons tendance à exalter le peuple d’Israël qui vivait à cette époque, mais en réalité, il était descendu dans les profondeurs. Ils n’ont jamais demandé au Créateur de les libérer, c’est plutôt Lui qui a entendu leurs cris et envoyé Moshe pour être leur rédempteur. Moshe était un Israélite qui avait été éduqué dans les hautes cours d’Egypte, et bien qu’il soit considéré comme du sang bleu, il n’a jamais oublié qui il était. À quatre-vingt ans, il a été appelé pour le service, mais il ne voulait plus s’impliquer avec ces gens. Il est devenu désillusionné quand il avait essayé de sauver ses frères hébreux de l’homme égyptien qui les maltraitait quarante ans plus tôt, puis le lendemain, il a essayé de les séparer des combats, et ils l’ont accusé d’essayer de les tuer comme l’Egyptien. À ce moment, il avait besoin de fuir pour sauver sa vie et n’était plus disposé à retourner auprès de son peuple qui l’avait trahi. Maintenant, Moshe a eu une rencontre avec le Créateur dans le buisson ardent et dès le début, il était un leader réticent qui sentait que ce fardeau était trop lourd pour lui.

Le peuple d’Israël, alors qu’il vivait en Égypte, s’était lentement éloigné du Dieu de ses pères. Isolés dans la région de Goshen, ils ont connu une période de prospérité et de croissance. Toutefois, plus ils restaient longtemps en Égypte, plus ils s’assimilaient et ont fini par oublier leur Créateur. Ils avaient besoin d’un réveil. Sachant qu’il était temps pour eux de quitter l’Égypte, le Créateur a commencé à rendre leur vie insupportable. C’est alors qu’un nouveau pharaon qui «ne connaissait pas» Joseph est apparu. Pour ne pas être pris à la lettre, cela signifiait qu’il refusait de reconnaître ce que Joseph avait fait pour l’Égypte. Le pharaon a dit que ce peuple «grouillant» rejoindrait l’ennemi pour lutter contre lui et, si vous lisez attentivement, il a dit qu’Israël quitterait alors l’Égypte. Le Pharaon aurait préféré continuer à exploiter ses esclaves israélites. Le problème est que nous sommes souvent résignés et acceptons notre situation parce que nous ne savons tout simplement pas «qui nous sommes!». Le monde nous vend un mensonge, quand ils nous disent que quelqu’un au-dessus de nous, peut organiser notre vie mieux que nous. Aujourd’hui, nous l’appelons socialisme, libéralisme, religion, peu importe et préférons laisser quelqu’un d’autre réfléchir à notre place. Moi, comme votre rabbin, je vous enseigne à penser par vous-même. Nous sommes seuls responsables de nos actions. Les Israélites préféraient dépendre davantage du Pharaon que du Dieu de leurs pères ou d’eux-mêmes.

Combien d’entre nous, savons qui nous sommes et d’où nous venons? Combien d’entre nous dépendent des autres pour notre identité? Lorsque cela se produit, nous réduisons notre «bechirah chofshit», le «libre arbitre». Lorsque nous sommes à l’endroit de notre vie où nous voulons abandonner, c’est alors que le Créateur envoie une onde de choc d’événements dans nos vies pour recharger nos batteries. Nous sommes sortis de notre léthargie et regardons en arrière en nous demandant ce que nous avons fait. C’est là que la transformation a lieu. Qu’est-ce qui vous empêche d’être ce que vous êtes censé être? Qu’est-ce qui vous limite? Même Moshe ne voulait pas être le leader de cette nation vaincue. Il était constamment blâmé pour leurs situations. Moshe est allé se plaindre à יהוה Yud Heh Vav Heh, ce qui m’amène à examiner ce nom selon la Torah. Nos sages disent qu’il nous est interdit de prononcer ce nom même s’il existe de nombreuses références qui nous disent de le prononcer tel quel. Le Pirke Avot (L’éthique des pères) nous dit de faire une clôture (Seyag – סְיָיג) autour de la Torah, qui pour nos sages sont les 613 commandements (Teryag – תרי”ג) pour nous protéger de les briser. Dans cette communauté, nous lisons à haute voix les Dix Commandements chaque Chabbat. Le troisième commandement déclare: «Tu ne prendras pas en vain le nom de l’Éternel, ton Dieu – לֹא תִשָּׂא אֶת-שֵׁם-שֵׁם-יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לַשָּׁוְא». Cela ne veut pas dire que vous ne prononcerez pas son nom. C’est ce qui arrive lorsque les hommes se placent plus haut que le Créateur. Pharaon était devenu plus important pour le peuple d’Israël que le Créateur et ils avaient besoin d’être purifiés de toute leur idolâtrie.

Combien d’entre nous, sommes étouffés par toutes les ordures, que nous avons accumulées de notre passé? Nous avons besoin d’un aspirateur spirituel. Au cours des quarante prochaines années, Dieu utilisera Moshe pour sevrer le peuple de l’idolâtrie, petit à petit. Nous devons nous aussi suivre ce processus. Combien d’entre nous permettons à nos traditions, superstitions et réglementations de l’homme de passer outre la volonté du Créateur pour nos vies? Combien d’Égypte avons-nous encore en nous, dont nous avons besoin de nous purifier ? Il n’est jamais trop tard pour faire face aux peurs de notre passé. Au cours de ces prochaines semaines, parcourons ensemble le livre de Shemot et recherchons les principes qui nous permettront de devenir notre vrai moi.