Blog Vayeshev Kislev 23 5780 בלוג וַיֵּשֶׁב, כ”ג כסלו תש”פ

Le titre du parashah est Vayeshev, ce qui signifie « Et il s’est installé » en référence à Jacob, mais en réalité, il a voyagé d’un endroit à l’autre et ne s’est jamais vraiment installé nulle part. Maintenant, il prendrait du temps pour se reposer et c’est à ce moment que nous nous tournons vers les histoires de Joseph et de Juda. À partir de ce récit, nos sages ont développé plus tard l’idée des deux types de Machia’h. Le Créateur, d’autre part, est l’auteur du script et Il sait ce qui se passe du début à la fin. Il nous fait savoir qu’il couvrira et protégera toujours son peuple Israël, quoi qu’il arrive et que cela ne dépende pas de notre comportement. En revanche, nos sages enseignent que tout dépend d’Israël ; par exemple, si nous observions tous un seul Shabbat, alors tout irait bien pour nous. Nos prophètes, cependant, nous avertissent que nous irons de mal en pis et en subirons les conséquences. Comprenons que nous sommes tous responsables de ce qui se passe dans ce monde, même si nous choisissons de l’ignorer. Tant que nous avons une voix, nous devons défendre ce qui est juste. « Ouvre la bouche, juge avec justice et plaide la cause des pauvres et des nécessiteux. Ouvrez la bouche aux muets, à la cause de tous ceux qui sont destinés à la destruction. » Mishlei (Prov.) 31 : 8-9 nous dit que nous devons parler pour ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes.

Tout au long du livre de Bereshit (Genèse), l’histoire de nos patriarches est développée, en commençant par Abraham, Isaac, et maintenant Jacob et ses douze fils. Abraham, sans savoir où il allait, a suivi les instructions du Créateur vers le pays de Canaan. Il prend le risque et met sa foi (emunah) en action et développe la confiance (bitachon). Le Créateur a fait plusieurs alliances avec Abraham, l’une étant l’alliance des parties, Brit Habetarim, au cours de laquelle il a reçu la prophétie selon laquelle « ses descendants seraient opprimés et esclaves dans un pays étranger pendant 400 ans » Ber.15: 13. Nos sages nous aident à comprendre que cette prophétie a commencé avec la naissance d’Isaac puisqu’ils calculent que les Israélites ont vécu en Égypte pendant environ 200 ans. À Vayeshev, le Créateur montre comment nous sommes devenus esclaves en Égypte. Le récit commence avec Joseph, le onzième fils de Jacob et de sa femme préférée, Rachel. Ici, il est évident que Joseph était son fils préféré. Ceci est une recette pour le désastre. Si vous étiez l’aîné ou celui qui se sentait auparavant important, vous seriez naturellement jaloux et même développeriez de la haine pour l’enfant favori. Jacob fit confectionner un beau manteau pour Joseph, indiquant à tous ses enfants qu’il serait son successeur. Cela va à l’encontre des enseignements de la Torah qui stipule que le premier fils de l’épouse numéro un, même si elle est détestée, doit recevoir l’héritage du premier-né, le droit d’ainesse. Comment Jacob avait-il pu être si aveugle ? Il savait ce qui s’était passé entre lui et Ésaü. Examinons comment nous pouvons appliquer ces enseignements pour nous aider dans nos vies aujourd’hui.

Nous, les humains, avons la capacité de communiquer les uns avec les autres, mais notre plus gros problème est que nous ne le faisons pas quand c’est le plus nécessaire. Si nous avons été blessés par quelqu’un et que nous le tenons, en rancœur dans nos cœurs sans confronter l’autre personne, que se passe-t-il? Le temps le guérit rarement ; il se développe plutôt comme un cancer à l’intérieur, même si celui qui nous a blessés pourrait ne même pas réaliser ce qu’ils ont fait ou dit. Si nous approchions simplement cette personne, nous pourrions lui permettre de s’expliquer. Cela pourrait diffuser tout le drame. Les dix frères auraient pu aller voir leur père pour exprimer leur colère mais peut-être pas, à cause de leur grand respect pour lui. Ils auraient pu parler à Joseph et essayer de lui faire changer d’attitude. Il y a un grand pouvoir dans une bonne communication. Combien d’entre nous présumons connaître les intentions d’une autre personne même si elles ne sont pas vraies ? Tout est dans l’esprit et cette racine amère empoisonne notre âme. Cela est arrivé aux frères de Joseph au point qu’ils étaient prêts à le tuer. Au lieu de cela, ils l’ont vendu et ont dit à Jacob qu’il avait été tué par un animal. Nous voyons ici l’idée de « midat keneged midat – mesure pour mesure ». Jacob avait trompé son père en lui mettant la peau d’un agneau pour se déguiser en Ésaü. Ici, ses fils ont tué un agneau, ont mis son sang sur le manteau de Joseph et ont ensuite menti à Jacob à propos de la mort de Joseph leur frère.

Maintenant, l’histoire de Juda sera développée. Pourquoi ici ? Ruben, le premier-né de Léa aurait dû hériter des droits d’ainesse. Il l’a perdu à cause de sa liaison avec Bilhah. Ensuite, Shimon aurait été suivi de Levi, mais nous savons qu’ils l’ont perdu à cause de ce qu’ils ont fait à Sichem. La droite est alors tombée sur Juda, le quatrième fils de Léa. La Torah nous enseigne qu’il existe un ordre. Bien que le favori de Jacob soit Joseph, le droit d’ainesse doit tomber sur Juda. C’est là que l’idée des deux rédempteurs surgit, Joseph, le Messie souffrant et Juda, par l’intermédiaire du roi David, le Messie vainqueur. L’essentiel de ces histoires est que nous devons apprendre de nos aînés afin de ne pas commettre les mêmes erreurs. Lorsque nous ne faisons pas les choses correctement, il y a des conséquences. Le Créateur nous a promis qu’il n’abandonnerait jamais Israël, que nous ayons foi ou non, que nous soyons bons ou mauvais, que nous suivions ou non les dix commandements, mais il n’a pas dit que nous ne subirions pas les conséquences de notre comportement.

Israël est tombé prisonnier des Égyptiens pendant de nombreuses années et lorsqu’il partira, il serait libre. Chaque Chabbat, nous lisons les Dix Commandements, le premier étant : « Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de l’esclavage.» Que signifie être libre de l’esclavage ? Cela signifie que nous avons la capacité d’être nous-mêmes, de faire nos propres choix et de dépendre de nous-mêmes. Notre vie est un processus et nous savons que nous pouvons être notre pire ennemi. Joseph est descendu dans les profondeurs les plus basses de la prison et quand il a finalement reconnu et accepté qui il était, il a été libéré.

Dimanche soir, nous célébrerons la première nuit de Hanoukka , la Fête des Lumières, une fête de la dédicace. Il est temps de déclarer que « nous ne nous assimilerons pas aux valeurs de ce monde ». Nous nous accrocherons aux valeurs de la Torah. Joseph l’a fait ; quelles que soient les circonstances qu’il traversait, il conservait les principes et les valeurs de ses pères. Choisissons de faire de même. Hanukkah Sameach !