Blog Tzav Nisan 10 5780 בלוג צַו, י’ ניסן תש”פ

La semaine dernière à Vayikra « Et Il a appelé », nous avons appris qu’Il a appelé la communauté pour lui apporter les Korbanot, les offrandes. Cette semaine à Parashat Tzav, « Il commande » à Aaron et à ses enfants, les Cohanim, comment offrir les Korbanot. Ils joueraient et enseigneraient cela à la communauté dans laquelle chacun avait un rôle spécial. Veuillez noter que je ne dis pas « sacrifices » car c’était une idée païenne. De nombreuses civilisations à cette époque ont apporté des sacrifices à leurs dieux pour les « apaiser », mais le Créateur nous orientait dans une direction très différente. Nous voudrions de notre plein gré choisir de lui apporter ces offrandes et accepter la responsabilité de nos actions. La deuxième offrande mentionnée était le « mincha », les offrandes de grains présentées au Créateur comme un « olah », une offrande brûlée pour un רֵיחַ נִיחֹחַ rei’ach nicho’ach, un doux encens pour Lui. Le premier mot rei’ach vient du mot ruach – רוח – qui signifie esprit ou souffle et nicho’ach vient nachon – נכון – qui signifie « juste, accepté, bon ». Cette offrande spirituelle serait acceptée par le Créateur.

Dans Tzav, le mot Torah est répété plusieurs fois ; la Torah pour le mincha, les shelamim etc., ce qui signifie « instructions » sur la façon de les faire. Être légaliste et prendre les choses littéralement nous empêche de comprendre les raisons pour lesquelles le Créateur a parlé à son peuple de cette façon à ce moment-là. Le Créateur voulait qu’ils pensent par eux-mêmes et soient responsables de leurs actions comme, Il le fait avec nous aujourd’hui. Il voulait que nous sachions que personne d’autre ne pouvait payer pour nos actions. Les cadeaux ou les offrandes ne seront pas pris du bon côté, lorsque nous faisions quelque chose de mal. Nous ne pouvons pas acheter Dieu avec un cadeau. La lecture de Haftará dans Malachie 3 nous montre qu’Il n’est pas impressionné par nos offrandes parce qu’Il connaît nos intentions. Le Créateur a maintenu les Cohanim à un niveau plus élevé parce qu’ils seraient les enseignants du peuple. Plus on vous en donne, plus on vous en demande. C’est pourquoi Moshe ne voulait pas la position de diriger le peuple.

Je vous ai parlé de la différence entre être religieux et avoir une relation avec le Créateur. La plupart d’entre nous sommes religieux, préférant suivre des formules préétablies et porter une façade jusqu’à ce que nous soyons démasqués par le Créateur. Pourquoi devons-nous venir à la congrégation le Shabbat bien habillé ? Le Créateur a-t-il besoin de nous pour cela ? Il n’est pas impressionné par la façon dont nous nous habillons puisqu’il nous connaît de l’intérieur. Il ne s’agit pas de faire impression, il s’agit plutôt de révérence et de respect comme si nous allions à un mariage et que nous voulions honorer la famille. Si nous traitons nos parents ou quelqu’un dans une position supérieure avec respect, combien devons-nous faire de plus pour notre Créateur ? Lorsque nous supprimons la théologie et retournons aux Écritures, nous voyons que le Créateur veut que sa communauté soit en relation avec Lui au lieu d’être religieuse. Les religieux se produisent à l’extérieur pour les autres, mais, un vrai croyant, a une relation personnelle avec le Créateur. Nous Le connaissons d’une manière qui nous permet d’avoir une conversation intime avec Lui. C’est ce qu’on appelle « Tefila – תפילה – prière ».

Nous avons apporté le Korban Olah en reconnaissance de sa suprématie et de sa grandeur. L’offrande de Chataat lui a été présentée lorsque nous avons réalisé que nous avions fait quelque chose de mal involontairement. Cela a été appelé une offrande pour le péché mais une meilleure compréhension serait « nous avons raté la cible ». L’Asham, offrande de culpabilité, c’est lorsque nous avons été condamnés à l’intérieur de quelque chose de mal que nous avons fait involontairement. Nous n’avons pas de Temple aujourd’hui où nous apporterions ces offrandes, bien qu’il y ait des groupes qui veulent le reconstruire et rétablir les sacrifices. Certains disent que le Shelamim, l’offrande d’action de grâces est le seul qui sera rétabli. Les offrandes étaient destinées à nous montrer que chacun de nous doit lui répondre en étant disposé à servir le Créateur et le vrai service consiste à se servir les uns les autres dans la communauté. Rabbi Yonatan Ben Zakkai, après la destruction du Temple, nous l’a rappelé du prophète Osée 6 : 6 « Car je désire la miséricorde, et non le sacrifice, et la connaissance de Dieu plutôt que des holocaustes. » Le Créateur veut que nous aidions les autres plutôt que de tuer des animaux. La connaissance de Dieu signifie avoir une relation intime avec Lui comme dans « Adam connaissait sa femme, Ève ».

Ésaïe 1 :11 dit : « À quoi sert la multitude de vos sacrifices pour moi ? dit l’Éternel ; Je suis plein des holocaustes de béliers et de la graisse des bêtes nourries ; et je ne me réjouis pas du sang des taureaux, ni des agneaux, ni des boucs. » Nous avons théologisé et avons implanté l’idée que si quelqu’un ou quelque chose ne meurt pas et ne verse pas de sang, nous ne pouvons pas recevoir le pardon de nos péchés. Le Créateur nous dit qu’il n’y a pas d’offrande pour le péché intentionnel sauf pour la Techouva. Les Psaumes 51 : 18 et 19 disent : « Car tu ne prends pas plaisir au sacrifice, sinon je le donnerais ; Vous ne prenez aucun plaisir à l’holocauste. Les sacrifices de Dieu sont un esprit brisé ; un cœur brisé et contrit, ô Dieu, tu ne mépriseras pas. »

Aujourd’hui, nous traversons des moments très difficiles. Les nouvelles peuvent être très déconcertantes et déroutantes. Nous savons qu’il y a une peste qui frappe le monde, transmise en toussant dans l’air et en frappant diverses surfaces avec lesquelles nous entrons en contact. On nous dit de suivre des instructions simples pour être en sécurité. De la même manière, le Créateur nous donne des instructions simples à suivre pour vivre une bonne vie. Si nous sommes désobéissants, à quoi pouvons-nous nous attendre ? Sans sa Torah, ses commandements, le chaos se produit. Aujourd’hui est Shabbat HaGadol, le grand Shabbat avant Pessa’h que nous célébrerons mercredi soir. Dans cette portion, l’une des principales offres ne pouvait pas contenir de levain, la levure. L’agneau offert à Pessa’h était un Shelamim Todah, une offrande d’action de grâce à notre Créateur. Ce n’était pas une offrande pour pardonner les péchés. Nous devons nous débarrasser de tout chametz, levure qui représente l’orgueil, nous montrant que nous devons nous humilier devant lui et accepter les conséquences de nos actions. Je vous souhaite un Chag Pessa’h Sameach – חג פסח שמח.