Blog Tetzaveh  11 Adar 1 5779 בלוג תצוה, י׳׳א אדר א׳ תשע׳ט

Ces quelques passages de Mishpatim à Vayachel démontrent le grand amour que le Créateur a pour son peuple. Ils servent à envelopper l’incident du péché du veau d’or. Nos sages accusent le « erev rav » ou la  « multitude»  pour leur mauvaise influence sur le peuple d’Israël. Le Créateur nous enseignerait à travers le Mishkan, le lieu où les gens viendraient le rencontrer. Moshe leur fit construire la menora qui apporterait la lumière à l’intérieur de la tente d’assignation. Le sacerdoce par Aaron serait développé ici, nous montrant que la Torah est plus pédagogique que chronologique.

Pourquoi était-il important qu’Aaron soit inclus dans l’image ? Nous constatons aujourd’hui dans le monde entier que de nombreuses dictatures causent de grandes souffrances à la population. Il est évident que le pouvoir corrompt. Il doit y avoir un équilibre des forces. Moshe serait l’administrateur et Aaron serait à la tête d’un type de système judiciaire qui enseignerait un comportement moral et éthique. Les gens seraient comme le congrès. Tout cela visait à éviter la corruption en Israël.

Le but de la menora était de nous montrer que nous devions tous être transparents. Elle devait être construite de manière très complexe avec un type d’huile bien spécifique: une huile vierge totalement pure pour une combustion propre, sans quoi la fumée produite rendrait impossible de rester à l’intérieur de la tente. En cela, nous voyons le côté pratique, combiné avec le spirituel. Chacun de nous représente une bougie qui doit être allumée pour être « ohr l’goyim » – lumière pour les nations. Si notre lumière est contaminée par de l’huile sale, nous ne pouvons pas représenter Celui qui nous allume, le Boreh Olam. La tenue vestimentaire des prêtres nous montre qu’il importe de savoir comment nous nous présentons au monde ; il faut toujours être le meilleur.

Le judaïsme biblique nous enseigne qu’il n’y a pas de perfection en nous, c’est pourquoi nous devons constamment nous examiner nous-mêmes pour rechercher des freins et des contrepoids. Il est important que nous soyons ouverts et transparents pour que ceux qui nous entourent puissent nous tenir responsables de notre comportement. Personne n’a la capacité de voir ses propres problèmes ; nous sommes souvent aveuglés par eux. Lorsque notre lumière produit de la fumée, nous sommes généralement les derniers à le voir. Par exemple, lorsqu’une personne vit dans un environnement où personne ne se lave, elle s’habitue à l’odeur. Quand quelqu’un de l’extérieur le leur dit, ils ont alors le choix de changer ou non la situation.

Le Créateur veut que nous produisions une lumière pure qui devient pour nous une lutte constante. Nous devons constamment nous vérifier nous-mêmes, après quoi il nous donne l’occasion de retourner à lui, comme il l’a fait avec Israël, lorsqu’il les a enveloppés malgré leur grand péché avec le veau d’or. Il est le « Dieu du recommencement ». Nous commençons par travailler sur nous-mêmes, après quoi nous pouvons travailler sur les autres. Il n’y en a pas d’aussi aveugle que ceux qui ne verront pas.

Un autre facteur de la lumière est qu’elle détruit également les ténèbres. Lorsque vous apportez une petite bougie dans une pièce sombre, toute la pièce s’allume. Nous nous demandons parfois pourquoi certaines personnes ne nous aiment pas. C’est généralement qu’ils n’aiment pas ce que nous représentons parce que notre seule présence révèle la noirceur qui les habite. Ne prenez pas cela comme un rejet personnel. Notre rabbin Yeshua nous a parlé de notre lumière, que nous devions nous montrer tels que nous sommes, que nous permettions aux autres de voir nos erreurs pour en prendre conscience, ce qui nous donnerait l’occasion de nous améliorer. Il nous a dit de ne pas pointer du doigt les autres mais de nous examiner d’abord. D’autres religions enseignent que nous devons être parfaits pour être en présence de Dieu. C’est pourquoi ils ont dû créer quelque chose ou quelqu’un pour couvrir nos péchés afin que nous puissions entrer en sa présence. Le Créateur nous a cependant dit de nous présenter à lui tel que nous sommes. Nous reconnaissons qui nous sommes, nous réglons le problème et nous pouvons ainsi être transformés en une lumière pure. D’autre part, lorsque nous cachons quelque chose, cela crée un écran de fumée. Nous n’avons besoin d’impressionner personne et de montrer à quel point nous sommes bons. La plupart d’entre nous préférons la forme au contenu, l’emballage cadeau au cadeau !

Avez-vous remarqué que seuls les prêtres portaient les vêtements spéciaux, pas les Lévites ? Un uniforme représente l’autorité. Par exemple, lorsque nous voyons un policier, nous nous comportons mieux. Les Cohanim devaient mettre de l’ordre et des directives pour nous aider à nous concentrer et à être obéissants. Aujourd’hui, nous représentons les Lévites et le reste d’Israël qui devaient être des serviteurs et être des lumières pour le monde.

Dans cette partie, le Créateur nous présente la lumière et le Cohanim, la prêtrise. Il nous dit qu’il va maintenant y avoir de l’ordre. Nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons ; nous devons respecter les autres. C’est ce que les Dix Commandements nous enseignent. Nous devons être gentils avec nous-mêmes et avec les autres. La plupart d’entre nous préférons être des esclaves plutôt que d’être libres. Nous préférons que l’on nous dise quoi faire plutôt que d’être responsables afin que nous puissions blâmer les autres pour nos actions. Le Créateur nous a donné un cerveau pour penser.

Combien de lumière produisez-vous ? Plus vous êtes proche du Créateur, moins vous pensez à vous-même et moins vous essayez d’impressionner les autres. Votre lumière provient-elle de votre propre ego ou du Créateur ? L’un est sale et provoque la fumée et l’autre est propre. Le Créateur a dit à Moshe et à Aaron d’allumer le « ner tamid », la flamme éternelle. Nous le voyons dans toutes les synagogues du monde. Je prie pour que nous éclairions le monde afin que les autres puissent voir la relation que nous entretenons avec notre Créateur et la souhaitent pour eux-mêmes.